Ashton Eaton et Brianne Theisen
L'étreinte sur le bord de la piste entre le champion du monde du décathlon Ashton Eaton et son épouse Brianne Theisen qui vient de décrocher l'argent à l'heptathlon. | AFP-Olivier Morin

Lune de miel à Moscou

Publié le , modifié le

Exactement un mois après leur mariage, Ashton Eaton et son épouse Brianne Theisen-Eaton ont reçu tous deux de brillants cadeaux à Moscou: deux médailles rutilantes, une en or pour le décathlonien américain, qui détient le record du monde de la spécialité, et une en argent pour son épouse. Le couple Eaton est revenu tranquillement sur ce double heureux événement, qui consitue un cas très rare sur les pistes.

L'athlétisme n'a en effet pas vu quelque chose de semblable depuis plus de 50 ans. Le dernier couple marié qui a remporté une médaille dans la même semaine lors d'une compétition majeure fut le couple tchèque Emil Zatopek et Dana Zatopkova aux JO de 1952.

A Moscou, Ashton Eaton s'est d'abord préoccupé de sa compétition. Une fois le titre acquis, il s'est mué en "motivateur en chef" pour soutenir Brianne, un rôle qui pour lui est "plus angoissant, parce que c'est hors de votre contrôle". Il lui avait tellement répété qu'elle pouvait aussi le faire qu'elle a fini par y arriver. "Je l'ai toujours regardé, et je le regarde encore obtenir ses médailles et je me suis toujours demandé ce que ça faisait. Je pouvais seulement imaginer. Maintenant, je vais pouvoir en connaître le goût. " a pour sa part déclaré Brianne Theisen.

Les réticences ont été vaincues

Ce qui est original dans cette histoire d'amour et d'épreuves combinées, c'est qu'elle aurait pu ne pas avoir lieu. Leur entraîneur commun pensait que, dans la dimension collective, Brianne devait rester avec le Canada et que Ashton ne devait pas la rencontrer durant cette première semaine car cela risquait de parasiter sa compétition. Il n'en a rien été. Ceux que leurs camarades de jeu appellent les "multis" par rapport à leur engagement sur toutes les épreuves, ont parfaitement géré les choses. Il faut dire que cela fait maintenant plusieurs années qu'il sont confrontés au mélange des genres.  

Réunis par l'athlétisme

Quoiqu'ils représentent différentes nations, ils ont tous les deux suivi leur enseignement à l'Université d'Oregon. Ashton était alors un étudiant de première année, et elle venait d'une grande école secondaire pour une visite d'intégration réservée aux athlètes de haut niveau. "Je savais qu'elle était une bonne athlète, parce que si elle était susceptible d'entrer ici, c'est qu'elle avait des qualités", précise Ashton. "Après cela, je n'ai jamais vraiment parlé avec elle et elle ne m'a pas non plus beaucoup adressé la parole. Nous étions très pris et pour tout dire nous ne voyions pas. Pourtant un jour, je suis allé à une rencontre d'athlétisme au Brésil, pour une compétition junior. Elle y était aussi pour représenter le Canada. Et nous nous sommes retrouvés et découverts là. C'est ainsi qu'elle m'a dit qu'elle allait finalement être admise à rejoindre Oregon et c'est l'athlétisme qui nous a réunis".

Depuis, leur chemin ensemble était tout tracé. Ashton Eaton n'envisageait pas de devoir être à Moscou sans sa jeune épouse. Elle ne l'envisageait pas non plus. Les deux jeunes mariés ont donc décidé de montrer que leurs encadrements avaient tort d'être réticents, puisqu'ils ont offert chacun une médaille à leur pays respectif. Se nourrissant l'un de l'autre en compétition, ils sont l'exemple parfait de l'osmose. Pour le reste, maintenant que la préparation et la compétition sont terminées, ils vont avoir le temps de souffler quelques jours pour s'offrir une vraie lune de miel.

Christian Grégoire