Li Na
Li Na soulève la coupe Suzanne Lenglen | AFP - PATRICK KOVARIC

Li Na : "Un rêve qui devient réalité"

Publié le , modifié le

Li Na a vu son rêve devenir réalité en étant la première Chinoise à remporter un tournoi du Grand Chelem samedi à Roland-Garros après sa victoire 6-4, 7-6 sur l'Italienne Francesca Schiavone. "En Chine on n'avait encore jamais connu ça", a indiqué la joueuse.

Q: Que représente cette victoire, la première pour la Chine en Grand Chelem ?
R: "C'est un rêve qui devient réalité. En Chine on n'avait encore jamais connu ça. Pourtant il y a beaucoup de joueurs et joueuses qui travaillent très dur. J'ai eu beaucoup de messages d'amis qui m'ont dit qu'ils avaient pleuré. En Chine, tout le monde est très excité par cette victoire, c'est fantastique".

Q: Vous vous attendez à quel accueil à votre retour au pays ?
R: "Je n'ai pas le temps d'y aller tout de suite car Wimbledon commence déjà dans deux semaines. Si je fais un mauvais résultat à Wimbledon, les gens m'auront peut-être déjà oubliée lorsque je retournerai au pays (rires). Je vais déjà savourer pendant deux ou trois jours cette victoire avec mon équipe et ensuite me concentrer sur Wimbledon".

Q: Est-ce que le souvenir de votre première finale à Melbourne vous a servi aujourd'hui ?
R: "Oui, j'avais cette expérience, je savais ce qui m'attendait, ce qu'il fallait faire. J'étais évidemment nerveuse, c'était une finale, avec tant de gens devant leur télé, à regarder. Lorsque j'ai eu six balles de match au tie-break je me suis dit: surtout pas de bêtises maintenant! Je suis vraiment heureuse d'avoir réussi à gagner ce match. Gagner un tournoi du Grand Chelem, ce n'est pas donné à tant de joueuses que ça."

Q: Etiez-vous nerveuse à l'idée de d'un éventuel troisième set contre une joueuse aussi combative que Schiavone ?
R: "Ce n'est pas arrivé parce que j'ai gagné le deuxième! On ne peut pas savoir ce qui se serait passé. C'est une grande combattante, c'est vrai, mais moi aussi."

Q: Comment avez-vous préparé la finale ?
R: "Avec mon mari! C'est mon sparring-partner et il sait bien faire le slice en revers, comme Francesca!"

Q: Votre mère a-t-elle regardé ce match ?
R: "Je ne sais pas, je ne l'ai pas encore eue au téléphone. Mais je ne pense pas. D'habitude elle éteint la télé lorsque je commence à jouer. Ca la rend trop nerveuse."

Isabelle Trancoën