Li Na joie Roland-Garros 2011
La Chinoise Li Na | AFP - Patrick Kovarik

Li Na et la Chine dans l'Histoire

Publié le , modifié le

La Chinoise Li Na (N.7) a remporté, samedi, la finale du tournoi de Roland-Garros en battant la tenante du titre, l'Italienne Francesca Schiavone (N.5) en deux sets (6-4, 7-6[0]). Grâce à ce succès obtenu en moins de 2 heures de jeu, Li Na offre à la Chine le premier titre en Grand Chelem de son histoire.

L'une voulait conserver son titre, l'autre obtenir le premier titre en Grand Chelem de sa carrière. Dans ces conditions, on pouvait s'attendre à un match disputé entre les deux joueuses. Sur un court Philippe Chatrier plombé par une chaleur moite et orageuse, Schiavone était accueillie par une belle ovation. Elle démarrait la rencontre avec beaucoup de panache face à un adversaire nettement plus impassible. Plus mobile et assurant d'excellents retours, la Chinoise breakait Schiavone au 5e jeu. Puis confirmait tout en puissance avec un jeu blanc (76% de 1er service). Au grand dam de la Milanaise qui affichait alors un visage fermé. Piquée au vif, elle répliquait à son tour par un jeu blanc. Une trentaine de supporters italiens qui arboraient des t-shirts "Forza Francesca" faisaient alors vibrer les travées du Central. Mais grâce à son jeu plus varié, et notamment ses jolis coups à la volée, Li Na concluait victorieusement ce premier set sur sa première balle. Le tout en moins de 40 min.

Crispée par la tournure du match, Schiavone attaquait mal la seconde manche où elle se faisait breaker d'entrée. Il lui fallait attendre sept jeux supplémentaires pour trouver enfin son rythme et débreaker son adversaire. A ce moment, on sentait la Chinoise plus inquiète et cela transpirait dans son jeu (24 fautes directes contre 17 pour Schiavone). Elle cherchait à de nombreuses reprises son entraîneur, le Danois Michael Mortensen, du regard. En quête de soutien. Plus constante que la Milanaise, Li Na gardait le cap. Elle résistait bien et parvenait à s'offrir un jeu décisif. Un jeu décisif qu'elle allait mener de main de maître. Après une premier point remporté à la volée, elle profitait des erreurs de la tenante du titre pour obtenir pas moins de 6 balles de match. Il ne lui en fallait qu'une, que Schiavone expédiait hors du court, pour s'imposer 6-4, 7-6[0] en 1h48 de jeu. Une victoire nette et sans bavure.

A 29 ans, Li Na pouvait exulter ! Pour sa cinquième participation aux Internationaux de France, elle remporte son premier titre en Grand Chelem et s'apprête, du même coup, à devenir N.4 mondiale. Elle prend également sa revanche sur l'Italienne qui, l'an passé, l'avait éliminé ici même au 3e tour. "Je pense que tout le monde doit être très heureux en Chine", a-t-elle déclaré à la fin de la partie. Et pour cause. Li Na, finaliste cette année à l'Open d'Australie, est la première représentante de son pays à décrocher un titre du Grand Chelem en simple. Un véritable évènement dans un pays où le tennis est loin d'être un sport populaire et qui n'avait aligné que quatre joueuses pour défendre ses couleurs sur la terre battue parisienne. Pour en arriver là, il faut rappeler que Li Na a battu deux joueuses très prometteuses, la Tchèque Petra Kvitova et la Bélarusse Victoria Azarenka, ainsi qu'une ex-N.1 mondiale de retour au premier plan, la Russe Maria Sharapova. Preuve que le tennis chinois a de beaux jours devant lui.

Les remerciements des joueuses

Francesca Schiavone: Je voudrai féliciter Na Li elle a vraiment très bien joué aujourd'hui. Je lui dirai que c'est un moment fabuleux et qu'il faut qu'elle en profite. Je voudrai remercier ce tournoi. C'est pour moi un plaisir de pouvoir embrasser tous les jours la terre battue, j'ai tellement de souvenirs ici. Je vous remercie de m'avoir soutenue.

Na Li: Bravo à Francesca qui a été une adversaire redoutable. Je lui souhaite le meilleur pour la fin de la saison. Je voudrai remercier la direction du tournoi, les sponsors...les ramasseurs de balles auxquels je donne beaucoup à faire et tous ceux qui travaillent dur pour ce tournoi. Je vous remercie d'avoir été derrière moi et bien sur je serai encore là l'année prochaine.

Voir la video

Voir la video

Isabelle Trancoën