Victoria Azarenka
La Bélarusse Victoria Azarenka a faim de succès | AFP - Patrick Kovarik

Les outsiders s'érigent en favorites

Publié le , modifié le

Après les éliminations hier des deux premières mondiales, Wozniacki (N.1) et Clijsters (N.2), et de la finaliste en titre, Samantha Stosur (N.8), la moitié inférieure du tableau féminin s'est considérablement ouverte pour celles qui pouvaient avoir des ambitions. Autour de la Chinoise Na Li (N.6), la jeune génération formée par Victoria Azarenka (N.4) ou Petra Kvitova (N.9) s'avance désormais moins masquée, en atteignant les 8e de finale.

La chance est peut-être unique. Avec la disparition, pour la première fois dans un tournoi du Grand Chelem, des deux meilleures joueuses du monde avant même les 8e de finale, elles sont nombreuses à pouvoir espérer remporter Roland-Garros cette année. C'était déjà un peu le cas à l'aube de ces Internationaux de France. Ça l'est encore plus désormais. Face à une proie très appétissante, certaines n'ont pas perdu de temps pour s'affirmer.

La Chinoise Na Li a été la première à se hisser en 8e de finale, pour la deuxième fois de sa carrière. La Roumaine Serana Cirstea, révélation du Roland-Garros 2009 avec un quart de finale, n'a pas pesé lourd face à l'une des joueurs les plus en forme du moment. Victorieuse du tournoi de Sydney, finaliste de l'Open d'Australie, demi-finaliste à Madrid et Rome, la 7e mondiale a passé à peine plus d'une heure sur le terrain pour s'imposer aisément 6-2, 6-2. A 29 ans, elle dispose de l'expérience pour rêver d'une deuxième place en finale d'un tournoi du Grand Chelem après l'Open d'Australie. En étant devenue le premier joueur (masculin ou féminin) du continent asiatique à se hisser en finale d'un Grand Chelem, Na Li espère devenir la première à le faire deux fois.

Mais sur son chemin, elle croisera dès le prochain tour la jeune Petra Kvitova. A 21 ans, elle représente la nouvelle génération montante du tennis féminin mondial avec Andrea Petkovic, Victoria Azarenka, Julia Goerges... Demi-finaliste à Wimbledon la saison passée, elle confirme au plus haut niveau son accession au Top 10. Face à Vania King, d’un an son aînée et 115e mondiale, elle n’a pas vraiment eu à forcer son talent pour se qualifier 6-2, 6-4 en 1h24. La grande blonde (1m83) accède pour la seconde fois de sa carrière à la deuxième semaine des Internationaux de France, après 2008. Ravissant la mise en jeu adverse trois fois en cinq opportunités, elle a ensuite assuré avec son service et 66% de première balle. Pour le reste, elle a pu s’appuyer sur ses 30 coups gagnants, contre 48 fautes directes. Un match appliqué, à l’image de ce qu’elle propose depuis le début de la saison sur le circuit (deux titres : Brisbane et à Coubertin avec à la clé une victoire contre Kim Clijsters en finale).

Et sur le chemin de la finale dans ce quart du tableau, se trouve également Victoria Azarenka. Aussi bruyante que Maria Sharapova sur le terrain, elle n'en a pas encore le palmarès ni la solidité. Quart de finaliste en 2008 et 2009 ici-même, la Bélarusse n'a jamais dépassé ce stade dans un tournoi du Grand Chelem. Victorieuse à Miami et Marbella cette année, finaliste à Madrid, la 4e mondiale a encore beaucoup d'efforts à réaliser pour maîtriser ses émotions lors des moments importants. La championne du monde juniors en 2005 doit franchir un pallier supplémentaire, et cette année 2011 à Paris peut le lui permettre. Roberta Vinci (N.30) s'en est bien rendu compte, ne parvenant à rester sur le terrain que durant 1h06 pour encaisser un sévère 6-3, 6-2. "Ça me donne un surplus de confiance, mais je ne regarde pas le tableau, je vois seulement que je suis tête de série numéro 4, c'est tout, c'est ce qui m'intéresse", pondère Azarenka.

Si elle ne pourra peut-être pas concurrencer bien longtemps les autres têtes de série, Andrea Petkovic (N.15) affiche tout de même de belles ambitions. Après une jolie saison couronnée récemment par un titre, le deuxième de sa carrière, sur la terre battue strasbourgeoise, l'Allemande a poursuivi sur sa lancée en se qualifiant pour les huitièmes de finale des Internationaux de France. Une première en Grand Chelem pour la jeune joueuse de 23 ans. Pour ce faire, Petkovic a eu besoin de trois sets (6-2, 4-6, 6-3) et près de deux heures de jeu pour sortir Jarmila Gajdosova (N.24). Elle signe là son troisième succès de rang face à l'Australienne qu'elle avait déjà battu au tournoi de la Porte d'Auteuil en 2007 puis début 2011 à Brisbane.

Sharapova et Radwanska ont pris rendez-vous

L'aînée des deux sœurs Radwanska, Agnieszka (N.12) accède aux huitièmes de finale de Roland-Garros après avoir dominé la Belge Yanina Wickmayer (N.21) : 6-4, 6-4. La Polonaise a maîtrisé la rencontre de bout en bout. Seule alerte pour elle, le débreak de Wickmayer au début du second set. Un sursaut sans conséquence puisque Radwanska a conclu la partie sans trembler : 6-4. Au prochain tour, elle rencontrera Maria Sharapova (N.7) ou Yung-jan Chan.

Maria Sharapova (N.17)  s'est imposée sans sourciller contre la Taïwannaise Yung-Jan Chan 6-2,6-3. La Russe, qui est devenue l'une des principales favorites du tableau après les éliminations de Caroline Wozniacki (N.1) et Kim Clijsters (N.2) se hisse en huitièmes de finale pour la septième fois de sa carrière. Elle n'a pas ménagé son adversaire en étant très agressive en retour de service. Débreaké au cours de la seconde manche, la "model" russe a resserré le jeu pour conclure. Tout de jaune vêtue, Sharapova a confirmé ses progrès récents sur terre-battue (victorieuse à Rome) pour rallier la deuxième semaine. Seul Grand Chelem manquant à son palmarès, la Russe est consciente que 2011 pourrait être son année. Sur sa route, elle rencontrera au prochain tour Agnieska Radwanska.