Coup d'envoi Jeux Paralympiques
Rio de Janeiro a lancé ses Jeux Paralympiques dans l'enceinte mythique du Maracana | TASSO MARCELO / AFP

Rio lance ses Jeux Paralympiques en samba et sous la pluie

Publié le , modifié le

Moins de trois semaines après la fin des Jeux Olympiques, Rio a rallumé la flamme avec l’ouverture officielle des 15e Jeux Paralympiques, entre défi financier et quête de ferveur populaire. Sur la pelouse du mythique Maracana, les 4300 athlètes ont défilé tout sourire lors d’une cérémonie lançant le top départ de dix jours de compétition. Sous la pluie, c'est le nageur Daniel Dias qui a allumé la vasque olympique.

Et soudain, les lumières du Maracana se sont éteintes, laissant place à de milliers de petites lampes ornant les tribunes du temple du football Brésilien. Si les inquiétudes autour de l’affluence lors de ces Jeux Paralympiques restent présentes malgré le grand optimisme des organisateurs, cette cérémonie d’ouverture a eu le mérite de fédérer le public carioca, venu en nombre accueillir et saluer les 161 délégations qui ont défilé cette nuit.

Samba et sifflets

Entre danseurs en fauteuils roulants, ballons géants et protestations politiques, Rio a donc donné le coup d’envoi des quinzièmes Jeux Paralympiques, les premiers ayant lieu en Amérique Latine. En l’absence du président du Comité Olympique International Thomas Bach, la cérémonie a débuté par le saut acrobatique vertigineux de l'athlète américain, Aaron "Wheelz" Fotheringham, qui s'est élancé en fauteuil roulant d'une rampe-tremplin de 17 mètres, à la façon d'un sauteur en ski, sous les hourras du public. Une soirée qui a fait la part belle à la vie et aux traditions du pays hôte au rythme de la bossa nova et de la samba, avant que João Carlos Martins n’entame l’hymne Brésilien au piano devant un tifo représentant le drapeau du pays. 

Le saut d'Aaron Fotheringham

La ferveur des Jeux n’a néanmoins pas fait oublier aux Brésiliens les vives tensions politiques et sociales qui secouent leur pays depuis plusieurs mois. Le nouveau président Brésilien Michel Temer a été hué au cri de "Fora Temer !" ("Dehors Temer") par plusieurs milliers de spectateurs quand il est apparu sur l'écran géant du stade avant de subir le même sort au moment de déclarer ouverts ces quinzièmes Jeux Paralympiques. Le président du comité d’organisation Carlos Arthur Nuzman a lui aussi été longuement sifflé lorsqu'il a tenu à remercier l'implication du gouvernement dans la préparation de ces Jeux. 

Michel Temer ouvre les Jeux Paralympiques sous les sifflets

Ici bat le cœur de Rio​

Emmenés par le nageur syrien Ibrahim Al Hussein, membre de la première équipe de réfugiés paralympique, les 4300 athlètes ont ensuite entamé une grande parade au son de la musique brésilienne. Si le pays hôte a bien évidemment reçu le plus beau des accueils, la délégation Française et son porte-drapeau Michaël Jérémiasz ont eux aussi défilé sous les applaudissements nourris du public, tout comme l’ensemble des 161 nations représentées lors de ces Jeux Paralympiques. Chacune est arrivée avec une pièce d’un puzzle qui, toutes réunies, ont fait naître un immense cœur prenant vie au centre du stade Maracana, donnant le La au spectacle conçu par le designer Fred Gelli, l'écrivain Marcelo Rubens Paiva et l'artiste Vik Muniz, ayant pour thème "Chaque corps a un coeur". 

.
.

Comme un symbole, la pluie qui avait conclu les Jeux Olympiques il y a moins de trois semaines a fait son retour lors de l’entrée de la flamme dans l’enceinte du Stade Maracana. Un long chemin parachevé par le nageur Daniel Dias, dernier relayeur et qui a eu l'honneur de faire briller de nouveau la vasque olympique au-dessus de Rio. Un geste fort qui signe le réel top départ pour les 4300 athlètes, tous prêts à en découdre sur les terrains pour faire oublier leur handicap. 

Mathieu Aellen