Le podium du 1500m des Jeux Paralympiques de Rio
Abdellatif Baka, Tamiru Demisse, Henry Kirwa, respectivement 1er, 2e et 3e du 1500m des Jeux Paralympiques de Rio | AFP - AGIF - PEDRO MARTINS

Paralympiques: Les quatre premiers du 1500m courent plus vite que le champion olympique de Rio

Publié le , modifié le

Premier médaillé en or pour l'Algérie dans ces Jeux Paralympiques de Rio, Abdellatif Baka a remporté le 1500m en 3:48.29, établissant un nouveau record du monde dans la catégorie T13 (malvoyants). Derrière lui, dans un mouchoir, l'Ethiopien Demisse, à 20 centièmes, le Kenyan Kirwa, à 30 centièmes, et le frère du vainqueur, Fouad Baka, à 55 centièmes. Avec ces temps-là, les quatre premiers de cette course auraient été champions olympiques chez les valides, voici moins d'un mois.

Ils sont malvoyants, mais cela n'altère en rien leurs capacités à courir vite. Lors du 1500m, au terme d'une course totalement folle, quatre hommes se sont livrés une bataille terrible. Abdellatif Baka, un Algérien de 22 ans, a mené cette troupe d'affamés dans la course à la médaille. Champion paralympique à Londres en 2012 sur 800m, champion du monde en 2013 et vice-champion du monde en 2015 du 1500 et du 800m, il a tenu la corde dans le virage et n'a pas faibli, résistant aux trois autres concurrents, dont son frère Fouad. En 3:48.29, il a ainsi battu de deux petits centièmes le record du monde de la discipline, dans cette catégorie de handicap. Mais surtout, fait plus rare, il a couru plus vite, comme ses trois rivaux, que le champion olympique de Rio sur la distance. Malgré leur handicap, ils auraient donc pu occuper le podium de Rio, mais il y a un mois.

Car à la mi-août, Matthew Centrowitz, un Américain de 26 ans, est devenu champion olympique du 1500m, quelques mois après être devenu pour la première fois champion du monde en salle à Portland. Vice-champion du monde en 2013 sur la distance en 3:36.83, il n'avait pas réalisé une énorme performance chronométrique, mais elle était suffisante pour le placer au sommet de l'Olympe. En 3:50.00, il avait devancé de 11 centièmes l'Algérien Taoufik Makhloufi, et de 24 centièmes le Néo-Zélandais Nick Willis. Les trois hommes étaient bien loin des records, que ce soit celui du monde, toujours détenu par le maître marocain Hicham El Guerrouj (3:26.00), celui d'Europe, propriété de Mo Farah (3:28.81), ou même d'Amérique du Sud, oeuvre du Brésilien Hudson de Souza (3:33.25)... En fait, lors de cette finale des JO de Rio, ils se sont hissés à la hauteur du record du monde féminin, réalisé en 2015 par Genzebe Dibaba (3:50.07). Mais peu importe.

En 2020, ​Rehm veut succéder à Pistorius comme athlète paralympique participant aux JO

Avec leur performance, Abdellatif Baka, Tamiru Demisse, Henry Kirwa et Fouad Baka, dans l'ordre d'arrivée, ont certainement redonné des arguments pour intégrer certains sportifs handisports aux valides. Cet été, Marcus Rehm, le sauteur en longueur paralympique allemand, n'a pas voulu mener un combat judiciaire pour participer aux JO de Rio. Mais il rêve de ceux de Tokyo, en 2020. Depuis les problèmes judiciaires d'Oscar Pistorius, qui avait été le premier à participer aux Jeux Olympiques de Londres en 2012 avec ses prothèses sur 400m, le handisport se cherche un nouvel ambassadeur. Ce quatuor peut-il le devenir ?