Jason Smyth
Jason Smyth, en or en 10"46 sur 100m | AFP - ADRIAN DENNIS

Les Tricolores dans le mille, Smyth en or en 10"46

Publié le , modifié le

La 3e journée des Jeux Paralympiques a ramené une deuxième médaille d'or à la France. Au tir à la carabine à 10m couché, catégorie R3, Cédric Fèvre-Chevalier a été le plus précis.

Raphaël Voltz, a raté l'or de peu à la carabine à 10m couché mixte, se parant d'argent, tandis que la nageuse Elodie Lorandi, en bronze sur 50m nage libre vendredi, a encore fini 3e sur 100m papillon. La France affiche un total de 7 médailles pour le moment.

"Ce sont mes premiers jeux Paralympiques , donc c'est super". Cédric Fèvre-Chevalier était aux anges. Avec 106.7 points, il a remporté la médaille d'or dans l'épreuve de tir à la carabine à 10m couché, catégorie R3. Il a devancé le Britannique Matthew Skelhon (106.4pts) et le Chinois Zhang Cuiping (105.8pts). A 28 ans, cet employé du ministère de la Défense n'a pas raté ses débuts dans cette compétition, soutenu par de nombreux supporteurs français présents pour assister à cette victoire, la deuxième tricolore dans ces Jeux Paralympiques. Après Charles Rozoy sur 100m papillon, Fèvre-Chevalier prend l'or et ne compte pas s'arrêter là. Le Bourguignon, qui a remporté son premier titre national à l'âge de 13  ans, a encore deux épreuves devant lui aux Paralympiques.

Dans la salle, il n'a pas été le seul à briller côté français. Raphaël Votlz, dans l'épreuve de carabine à 10m couché mixte, a conquis la médaille d'argent après avoir mené le concours. Il visait l'or après avoir déjà obtenu le bronze et l'argent respectivement à Athènes et Pékin, mais sur le dernier tir, son espoir s'est envolé. La journée a également souri à Elodie Lorandi. Au lendemain de sa médaille de bronze sur 50m nage libre, la nageuse de 23 ans a repris le même métal lors du 100m papillon.

Voir la video

Bien évidemment les Français n'ont pas été les seuls à se mettre en évidence. Jason Smyth a écrit une belle page de l'histoire en conservant son titre sur 100m dans sa catégorie (T13, malvoyant). Après avoir établi un nouveau record du monde en 10"54 vendredi soir, l'Irlandais a réédité sa performance en couvrant la distance en 10"46. A 25 ans, celui qui s'entraîne avec Tyson Gay en Floride est devenu l'homme le plus rapide de l'histoire. Et il s'est félicité de côtoyer l'Américain: "J'ai beaucoup appris, pour devenir  de plus en plus rapide. C'est génial d'être dans cet environnement, avec le  deuxième homme le plus rapide de tous les temps". Le Cubain Luis Felipe Gutierrez a remporté l'argent (11.02), et le  Sud-Africain Jonathan Ntutu la médialle de bronze (11.03). L'Irlandais, double médaillé d'or en 100m et 200m aux Paralympiques de  Pékin en 2008, a déclaré qu'il n'avait pas douté de sa victoire, mais s'est dit  heureux de ne pas avoir cédé à la pression et jugé que ce record du monde était  un "bonus". Remerciant le public qui l'a chaleureusement acclamé, il a ajouté: "C'est  comme si ces 80.000 (spectateurs) étaient Irlandais, il faut vraiment en  profiter!"

Les records tombent

La soirée des records s'est poursuivie avec Oscar Pistorius. Après avoir été le premier amputé des deux jambes à participer aux JO, le Sud-Africain n'a pas raté sa série du 200m, dans la catégorie des T44 (amputé des deux jambes). En 21"30, il a établi un nouveau record du monde. "Cela me fait tellement plaisir d'être ici et je suis très content de mon  temps", a déclaré le triple champion paralympique 2008 (100/200/400 m) à la  chaîne britannique Channel 4. "Demain, c'est la grande course, j'ai hâte d'y être. Courir devant un stade aussi incroyabe est hallucinant".

Un autre Irlandais a fait claquer un record. Michael McKillop, atteint de paralysie cérébrale, a conservé son titre sur 800 m dans la catégorie T38 en battant un nouveau record du monde en 1'57"22. Et un autre record du monde est tombé grâce à l'Australien Evan O'Hanlon qui a couru le 100m dans cette même catégorie en 10"79.