Flamme paralympique de secours pour un relais en retard

Publié le , modifié le

Le relais qui devait amener la flamme paralympique au stade de Stratford mercredi soir a pris un tel retard que les organisateurs ont dû allumer une flamme de secours, directement amenée sur les lieux de la cérémonie, pour parer à toute éventualité. Dans une très bonne ambiance, la flamme a pris jusqu'à deux heures de retard pendant ce parcours, censé durer 26 heures entre mardi et mercredi soir, qui devait l'amener, par équipes de cinq personnes, de Stoke Mandeville au nord de Londres, où les premiers jeux entre handicapés ont eu lieu en 1948, au stade olympique situé à l'est de la capitale britannique.

Bilan, les organisateurs ont décidé de se servir de la flamme pour en allumer une autre, lorsque le relais est passé à la mairie de Londres vers 15h00 (au lieu de 13h22), et l'ont fait porter directement au stade. Un porte-parole espérait toujours cependant en milieu d'après-midi que la flamme  d'origine comblerait son retard.

Portée par des centaines de personnes, handicapées ou non, cette flamme est issue de quatre autres, allumées la semaine dernière par des scouts sur les  plus hauts sommets respectifs d'Angleterre, du Pays-de-Galles, d'Ecosse et  d'Irlande du Nord, et elles-mêmes honorées entre vendredi et lundi lors de cérémonies dans les capitales nationales, Londres, Cardiff, Edimbourg et  Belfast. Elle est passée mercredi par les lieux les plus connus de Londres, comme le  fameux passage clouté d'Abbey Road où cinq relayeurs ont pris la pose célèbre  des Beatles, au son de tubes appropriés comme de "From me to you" ou "Day  Tripper", puis par le zoo de Londres, Piccadilly Circus, Trafalgar Square ou Westminster Abbey.

AFP