Michel Temer flamme olympique
Le nouveau président du Brésil Michel Temer et l'athlète paralympique Yohansson do Nascimento | ANDRESSA ANHOLETE / AFP

Après les JO, Rio rallume la flamme pour les Paralympiques

Publié le , modifié le

Moins de trois semaines après la fin des jeux Olympiques, la flamme s'apprête à éclairer de nouveau le mythique stade Maracana. Après une quinzaine olympique mitigée - la première en Amérique du Sud - et en pleine crise politique et économique, la mégapole brésilienne accueille jusqu'au 18 septembre plus de 4.300 sportifs handicapés venant de 161 nations, tous prêts à en découdre sur les terrains pour faire oublier leur handicap.

Des cérémonies "low-cost"

Aux jeux Olympiques de Rio, les organisateurs avaient fait le choix de la sobriété pour les cérémonies d'ouverture et de clôture. Pas de dépenses folles et démesurées mais un budget maîtrisé pour un show haut en couleurs. Il en sera de même pour les jeux Paralympiques...par la force des choses. A Rio, les caisses sont vides. Pour pallier des dépenses imprévues pendant les JO (réparations dans le village olympique, nettoyage de la piscine devenue verte), le CIO a pioché dans le budget global de Rio-2016. Conséquence directe : le président du comité organisateur a annoncé des coupes budgétaires touchant notamment les cérémonies d'ouverture et de clôture et le service de transports.

Dans ces conditions, difficile pour Rio de tenir la comparaison avec la Grand-Bretagne, berceau du paralympisme. A Londres en 2012, les jeux Paralympiques s'étaient déroulés sans fausse note et avaient connu une affluence record avec des compétitions disputées à guichets fermés. L'histoire ne risque pas de se répéter cette fois-ci, d'autant qu'Oscar Pistorius, la star incontestée de Londres et chouchou du public et des médias, ne sera pas au Brésil : l'athlète sud-africain est en prison pour le meurtre en 2013 de sa petite amie Reeva Steenkamp.

Les ventes s'accélèrent

Le tableau n'est pourtant pas complètement noir. Après un démarrage poussif, la vente des billets s'est largement accélérée ces dernières semaines. Alors que mi-août, seulement 300 000 billets avaient été vendus sur les 2,5 millions disponibles, le comité organisateur a annoncé il y a quelques jours avoir finalement écoulé 1,5 millions de tickets. Il espère même écouler le million restant, compte tenu "du rythme des ventes". Le record de Londres avec 2,6 millions de billets vendus, tiendra encore au moins quatre ans.

francetv sport @francetvsport