Kim Yu-na
La Coréenne Kim Yu-na | BRENDAN SMIALOWSKI / AFP

Yuna Kim, l'or à tout prix

Publié le , modifié le

Championne olympique de patinage artistique à Vancouver en 2010, la Sud-Coréenne Yuna Kim est de retour dans les patinoires, depuis la saison dernière, après deux années de pause. Elle tentera aujourd’hui d’égaler Katarina Witt, qui avait réalisé le doublé aux JO de 1984 et 1988. Elle est bien lancée après sa première place à l'issue du programme court.

Ce 25 février 2010 à Vancouver, Yuna Kim obtient les plus hauts scores jamais attribués à un patineur (228,56 points). Les juges et les 15000 spectateurs du Pacific Coliseum sont séduits par sa grâce, sa combinaison triple-triple et sa pirouette en basculement arrière. A seulement 19 ans, elle remporte l’or olympique, un an après son titre obtenu aux championnats du Monde 2009. "Toute l'activité économique de la Corée du Sud a paru s'arrêter", décrit le quotidien sud-coréen Donga Ilbo pour illustrer cet instant.

Tout commence à six ans, l’âge auquel Yuna Kim démarre le patinage. Brian Orser, ancien champion canadien, devient son entraîneur en 2006 à Toronto. Surnommé "l’impératrice" dans son pays, elle est autant adulée que le nageur Park Tae-hwan. Après son exploit olympique, elle continue d’impressionner aux Mondiaux en 2010 et 2011, mais se classe deuxième à chaque fois. Ses sollicitations et son emploi du temps la contraignent malheureusement à mettre sa carrière entre parenthèses pendant deux ans. "Après les Jeux l’an dernier, j’ai été entraînée dans un tourbillon d’activités, en plus de tous les préparatifs pour les compétitions, se lamente Yuna Kim. J’ai senti que j’avais besoin de prendre une pause".

Un retour détonnant

Comme promis, elle remet les patins en 2013. Avec en point de mire, son titre à défendre aux Jeux Olympiques de Sotchi. Toujours aussi majestueuse, elle remporte le programme court puis le programme libre des Mondiaux 2013 au Canada et retrouve son statut de N. 1 mondiale. Une frayeur en septembre dernier suite à une blessure au pied droit l’oblige néanmoins à observer six semaines de repos. Malgré ce léger contretemps, Yuna Kim arrive à Sotchi comme la grandissime favorite de l’épreuve individuelle de patinage artistique chez les femmes. "Les Jeux Olympiques, c’est la plus grande compétition, elle est inoubliable pour tous les athlètes, et je suis décidée à revivre cette expérience", s’enthousiasme t-elle. Avec le doublé de Katarina Witt (1984, 1988) comme défi à relever.

Adrien Debargue