Yannick Borel
L'épéiste Yannick Borel | AFP - MARCELLO PATERNOSTRO

Yannick Borel éliminé en quart à l'épée

Publié le , modifié le

Terrible désillusion pour Yannick Borel qui a été éliminé en quart de finale de l'épreuve masculine de l'épée par le Novérgien Bartosz Piasecki 15 touches à 14. Il était le premier escrimeur français à atteindre ce stade de la compétition cette semaine à Londres.

La semaine noire se poursuit pour l'escrime française à Londres. Le quart de finale de Yannick Borel n'est qu'une maigre consolation face au marasme général. Pourtant favori de son quart de finale face à Piasecki, le Guadeloupéen a échoué à une touche de son adversaire."Ce n'est pas passé loin", a réagi le Guadeloupéen de 23 ans. "Je mène 6-2,  je lui mets la tête sous l'eau et c'est moi qui l'en sort. Je ne dis pas qu'il  n'a pas mérité sa victoire, mais je n'ai peut-être pas respecté mon adversaire.  Je me suis vu trop beau, j'ai vu la médaille trop tôt", a-t-il regretté La double touche finale a mis fin à ses espoirs de médaille.

Un exploit puis une déception

Le coup est d'autant plus dur pour l'épéiste français qui sortait d'un match fabuleux face au numéro 2 mondial, Fabian Kunter. Un duel dominé de bout en bout pour une victoire 15 à 11. De son propre aveu, Borel n'a pas su contenir la pression lorsqu'il menait 6-2 face à Piasecki: "Je me suis vu gagner et j'ai emballé le match tout seul" détaille-t-il juste après son duel. Comme un symbole de l'escrime française dont le compteur de médaille reste inexorablement bloqué la 0. Traditionnellement l'un des meilleurs pourvoyeurs de médailles, l'escrime pourrait bien rentrer bredouille de Londres alors qu'il ne reste qu'une épreuve individuelle, cette après midi avec Léonore Perrus en sabre, et deux par équipes (fleuret messieurs et dames).

La réaction de Yannick Borel