Volley: La France en demi-finales du TQO

Publié le , modifié le

Auteur·e : Thierry Tazé-Bernard
Les Français, qualifiés pour les demi-finales du Tournoi de qualification olympique 2020
Les Français, qualifiés pour les demi-finales du Tournoi de qualification olympique 2020 | AFP - John MACDOUGALL

Obligée de remporter un set pour s'ouvrir les portes des demi-finales de ce tournoi de qualification olympique (TQO) à Berlin, l'équipe de France a rempli son contrat en gagnant la première manche face aux Pays-Bas (25-21), même si elle s'est finalement inclinée 3-2 (21-25, 22-25, 25-22, 25-19, 15-11). A deux sets à zéro, le sélectionneur Laurent Tillie a placé tous ses titulaires sur le banc, pour redonner du rythme aux autres. Les Bleus seront opposés jeudi à la Slovénie (16h45), pour une place en finale. Seul le vainqueur du Tournoi ira aux Jeux à Tokyo.

Merci la Bulgarie. Avant d'entrer sur le terrain pour défier les Pays-Bas, l'équipe de France pouvait se réjouir de la victoire bulgare sur la Serbie, en fin d'après-midi (3-2). Car ce succès lui permettait de s'incliner au pire (3-1), sans que leur place en demi-finale ne soit remise en cause, alors que les Serbes étaient éliminés, et donc privés de Jeux Olympiques. Le défi était largement à la portée des Bleus, qui se sont donc concentrés à ne pas rater leur départ.

Et si les Néerlandais ont pris l'avantage pour mener (14-13) sur un bloc réalisé à l'encontre de Nicolas Le Goff, la France a globalement maîtrisé les débats. Jean Patry toujours aussi aérien pour fracasser les smashs, Earvin Ngapeth sans forcer son jeu mais capable d'infliger un énorme smash des 3m pour offrir un +2 au meilleur moment (19-17), la défense bien en place, tout s'est bien déroulé dans ce 1er set, remporté 25-21.

Les titulaires au repos, les remplaçants en action

La mission accomplie, Laurent Tillie, le sélectionneur, a pu faire entrer ses anciens blessés, Kevin Le Roux, Julien Lyneel, et donner du temps de jeu à tout le monde pour économiser ses leaders et redonner du rythme à chacun. Car la mission Tokyo est toujours devant le groupe. Pour voir les JO cet été, la France doit remporter ce TQO. Elle affrontera jeudi en demi-finale la Slovénie, vice-championne d'Europe en titre.

La suite de la rencontre ? Un deuxième set rondement mené et raflé (25-20), avant que la machine ne se grippe un peu au 3e, perdu (25-22), puis au 4e (25-19). Il faut dire que Julien Lyneel, réceptionneur-attaquant d'habitude (il avait brillé lors de l'absence de Ngapeth au début du dernier Euro), occupait le poste de libéro, en lieu et place de celui considéré comme l'un des meilleurs du monde, Genia Grebennikov. Sur le banc les Ngapeth, Tillie, Toniuti, Le Goff, Patry et Chinenyeze

Seul le vainqueur aux JO

Avec ses remplaçants, la France a donc joué les prolongations et un tie-break. Mais sans ses forces vives, sans ses leaders, elle n'a pas pu remporter la mise, qui ne changeait en rien la suite de la compétition. A signaler néanmoins que les Bleus étaient menés (7-3) dans ce tie-break, et qu'ils sont revenus à (10-8). A l'orgueil, et avec quelques éclats de Timothé Carle.

Il reste deux matches, deux victoires à conquérir, et ce temps de jeu important des remplaçants permettra peut-être à l'un d'eux de faire la différence dans l'un de ces deux matches décisifs. C'est en tout cas le pari du staff tricolore.