Vitesse par équipe France
Les Bleus bien partis pour une médaille | AFP - Andersen

Vitesse sur piste: Les Bleus sont dans les temps

Publié le , modifié le

Comme auix Jeux de Pékin en 2008, l'équipe de France de vitesse a pris l'argent olympique derrière les intouchables Britanniques qui ont battu le record du monde au premier tour puis en finale. le tri Baugé-Sireau-D'Almeida apporte la 16e médaille à la délégation française.

Il y a de l'argent pas toujours content. Quatre après Pékin, le sprint français a  revécu une désillusion. Supérieurs aux Britanniques depuis leur dernière défaite en 2008, les Français se sont inclinés à nouveau en finale olympique. Sur le podium, les trois Français, visiblement très déçus, ont dû faire  bonne figure. D'autant qu'ils se sont surpassés pour atteindre un niveau jamais  atteint par une équipe de France. Car les Français ont été excellents. Jamais le trio Grégory Baugé,  Kévin Sireau et Michaël d'Almeida n'avait été aussi rapide en compétition.  

La déception des Français

Malgré un record olympique en qualification (43.097 battu ensuite par la Grande Bretagne en 43.065), malgré un autre record olympique au premier tour en 42.991, le relais français Baugé-Sireau-D'Almeida n'a jamais fini premier. A chaque fois, il a été battu encore par les Britanniques qui ont établi le record du monde en 42.747 lors du premier tour puis en 42.600 en finale. Poussés par leur public, et dans le sillage d'un Chris Hoy exceptionnel, le tro Philip Hindes, Chris Hoy et Jason Kenny a surclassé toutes les formations. Dire qu'il L'Allemagne a décroché le bronze en dominant l'Australie, champion du monde en titre, dans la petite finale.

Une course exceptionnelle

Hindes, qui n'a pris la nationalité britannique de son père que l'année  passée après avoir débuté sous les couleurs allemandes, a légèrement fait mieux  que Baugé au poste de démarreur sans que le champion français ait en rien  démérité (17 sec 27 au premier tour de piste). Kenny s'est transcendé pour creuser l'écart sur Sireau et Hoy a parachevé  le travail pour boucler les 750 mètres en 42 sec 600. A la moyenne de 63,380  km/h pour une distance couverte départ arrêté ! Hoy, qui pourrait disputer sa dernière grande compétition à l'âge de 36  ans, a décroché sa cinquième médaille d'or olympique, record britannique qu'il  partage désormais avec la légende de l'aviron Steve Redgrave.

En forme dès le début des qualification, le trio tricolore Baugé, Sirea et  D'Almeida a réalisé un temps canon sur les 3 tours de pistes (750 mètres) - le meilleur temps jamais réalisé par une équipe de France - devant l'Australie et l'Allemagne mais derrière la Grande-Bretagne (Hindes, Kenny, Hoy). Idem lors du premier tour avec un nouveau record olympique battu dans la foulée par les Britanniques. L'équipe britannique est en grande forme. Les poursuiteurs (Clancy, Burke, Kennaugh, Thomas) ont eux aussi battu le  record du monde dans les qualifications de leur tournoi, gage d'un probable  titre pour la deuxième journée. 

Revivez la premier tour des Français

Revivez la qualification des Français

Malgré une chute au départ après un incident mécanique et un nouveau départ, le trio britannique est encore devant. "Ma roue avant a glissé et je n'ai pas pris un départ optimal", a déclaré  Hindes, qui a intégré la sélection britannique en 2011 après avoir porté les  couleurs allemandes. "Quand un incident de ce genre survient, on a vite fait de  perdre du temps".  Le coureur a évoqué, avec sincérité ou naïveté, un plan préparé: "On en  avait discuté avant et on avait dit qu'il fallait tomber si ça se présentait.  Je l'ai fait exprès pour obtenir un autre départ." Interrogée par l'AFP, l'Union cycliste internationale (UCI) ne s'est pas  exprimée sur le fond de l'affaire. Elle a toutefois confirmé le résultat de la  compétition.

La chute du coureur anglais

Mathieu Baratas