Cérémonie d'ouverture Sotchi 2
Une des scènes de la cérémonie d'ouverture | Francetv Sport

Une Russie féérique fête ses JO

Publié le , modifié le

La Russie avait rendez-vous avec l’histoire et les Jeux Olympiques ce vendredi à Adler. Dans un stade olympique multicolore, elle a eu droit à un show grandiose entre pyrotechnie et moments de grâce. Une ode à la Russie qui a ravi les 40000 spectateurs présents dans l’enceinte du Fisht. Récit.

Daft Punk avait triomphé aux Grammy Awards devant le gotha américain il y a deux semaines. Ce vendredi, les Versaillais ont eu droit à une part du gâteau olympique qu’avait concocté la Russie pour ouvrir ces premiers Jeux d’hiver. Par trois fois, le groupe d’electro a résonné dans le stade. "C’était un petit clin d’œil sympa. C’est le groupe qui cartonne actuellement", se réjouit Laura, une Française drapée dans la bannière tricolore. "Get lucky" entonnée par les cœurs de l’armée rouge – qui avait cartonné sur youtube - avant la retransmission mondiale, "harder, better, faster, stronger" au moment du défilé de la délégation russe et enfin "Derezzed" tiré de la BO de Tron pour les "Dieux olympiques".

Sous leur casque, on ne sait pas ce que Thomas Banglater et Guy-Manuel de Homen-Christo pensent de tout ça, mais à l’intérieur l’effet est garanti. Pour patienter avant le début officiel, "get lucky" a mis l’ambiance. Déhanchés et petits pas ont réveillé une salle amorphe et à moitié vide, une demi-heure avant le début. Les deux autres titres ont offert les premiers frissons d’une cérémonie où les couleurs, la puissance russe et la grâce ont sauté aux yeux.

La Russie a terminé le défilé des délégations qui ont toutes pris place dans les tribunes du Fisht
La Russie a terminé le défilé des délégations qui ont toutes pris place dans les tribunes du Fisht

Le Bolchoï, un délice

Le peuple russe a souvent la réputation d’être austère, froid. Un peu comme la température qui chutait au fur et à mesure que la cérémonie égrenait ses tableaux. Les plus téméraires gardaient leurs mains nues pour mitrailler. Au smartphone évidemment. "On a bravé le froid mais on ne regrette pas, ce seront des souvenirs inoubliables pour nos enfants et nous", déclarent Brian et Megan, Canadiens déjà présents à Vancouver il y a quatre ans. Autre grand moment de cette cérémonie, le ballet du Bolchoï qui a émerveillé tout un stade. "C’était incroyable, une telle beauté", s’enthousiasme Irina, Russe de Sotchi. "Je suis très fière de mon pays et cette cérémonie a montré au monde qu’on pouvait organiser une très belle fête. Le ballet du Bolchoï a été mon moment préféré. Encore plus que le défilé de notre délégation ou l’allumage de la flamme", a-t-elle assuré après la cérémonie. Une grande fête marquée aussi par le silence et le respect pour l’hymne russe.

Un silence de cathédrale dans un stade qui a précédé le bruit assourdissant des feux d’artifice qui ont clôturé une fête qui a réuni le monde entier. Même des Néo-Zélandaises, Hayley et Alex qui ont savouré ce "déluge de couleurs", sans oublier "le défilé des athlètes néo-zélandais". La Russie a réussi son entrée sur la scène olympique. Poutine peut oublier le raté de l’anneau, il n’a eu qu’à prononcer une phrase, l’essentiel était déjà fait. Les 22e Jeux Olympiques peuvent vraiment débuter.