Des Russes déguisés juste avant la cérémonie d'ouverture des JO de Sotchi
Des Russes déguisés juste avant la cérémonie d'ouverture des JO de Sotchi | DR

Une cérémonie d’ouverture très attendue

Publié le , modifié le

Les heureux possesseurs d’un ticket ou d’une accréditation pour la cérémonie d’ouverture de Sotchi se pressaient aux abords du Stade Fisht pour assister à l’événement de l’année en Russie, à moins d’une heure du coup d’envoi officiel des Jeux Olympiques 2014. Interviews de francetvsport.fr aux portes du stade.

Svetlana, une Russe d’une trentaine d’années, prenait des photos du stade Fisht et des alentours, histoire d’immortaliser ce jour béni. « Je suis très fière de voir la Russie accueillir le monde entier. J’attends quelque chose de fun, d’unique », a-t-elle expliqué. Des propos corroborés par son compatriote Dmitry, 40 ans. « Je suis très content de pouvoir être là, c’est un grand jour pour la Russie », a-t-il confié, visiblement heureux aux côtés de son épouse.

Anastasia: "ca va être super beau"

Anastasia, traductrice de 37 ans, voit elle plus loin que ce vendredi soir, si spécial soit-il. « Je suis très fiere de voir mon pays accueillir cet événement mondial. Il y a les pros et les anti Jeux Olympiques, et je fais partie des premiers. « C’est très bien pour la région qui était mal développée et notamment pour les lignes de trains », a-t-elle expliqué avant de s’enthousiasmer pour cette soirée pas comme les autres : « Je suis très excitée par cette cérémonie car il y aura le célèbre Bolchoï, le célèbre théâtre Marinsky et le cirque russe. Ca va être super beau, j’ai hâte de voir ça ». Elle n’avait que quatre ans lors des JO de Moscou mais se souvient que la cérémonie d’ouverture avait à l’époque été interdite aux enfants. « C’est un rêve incroyable », conclut-elle des étoiles plein les yeux.

Les alentours du stade olympique avant la cérémonie d'ouverture
Les alentours du stade olympique avant la cérémonie d'ouverture

Mais il n’y avait pas que des Russes dans le Parc Olympique. Deux Français s’apprêtaient ainsi à entrer dans le stade avec un plaisir non feint. Elizabeth, la cinquantaine, et Anthony, trentenaire, tous deux juges pour les épreuves de patinage artistique, étaient invités par les organisateurs. « C’est un honneur d’assister à ce truc-là. Il faut que ce soit une fête de tous les peuples », confiait Anthony tandis que son ainée espérait voir poindre un « sentiment d’unité » à travers le spectacle proposé. « Tant qu’il n’y a pas de bombe ou d’attentat, ça va », a-t-elle lâché, pince sans rire, bien décidée à profiter de sa soirée.