Bernard Lapasset à la tribune en mairie de Paris
Le président du comité français du sport international, Bernard Lapasset, a remis le rapport sur une possible candidature de Paris aux JO-2024 à Anne Hidalgo | AFP - PATRICK KOVARIK

Un budget à moins de 4.5 milliards pour des JO à Paris en 2024

Publié le , modifié le

Le président du comité français du sport international (CFSI), Bernard Lapasset, a remis à Anne Hidalgo, maire de Paris, le rapport concernant une possible organisation des Jeux Olympiques en 2024 à Paris. Selon lui, l'organisation "financièrement responsable" atteindrait un budget de moins de 4.5M€. Rome et Boston sont d'ores et déjà engagés dans la course pour 2024. Les candidatures doivent être déposées au plus tard en septembre 2015. La maire a annoncé qu'elle soumettra au votre cette candidature au Conseil de Paris en avril.

"Oui, la France peut concevoir un projet olympique". Bernard Lapasset, président du comité français du sport international (CFSI), a transmis le témoin à Anne Hidalgo. Et pour lui, comme pour 73% des Français (sondage CSA pour Direct Matin du 10 février 2015), Paris devrait organiser les JO d'été en 2024. "Oui la France a des atouts pour gagner", a-t-il scandé à la tribune. L'ancien président de la Fédération française de rugby a remis, ce matin, un rapport à la maire de Paris concernant cette candidature. Désormais, c'est donc à la maire de décider si elle lance sa ville dans cette bataille de prestige mais coûteuse. Elle avait récemment annoncé que sa décision serait prise "au plus tard en juin". Cette candidature sera soumise au vote du Conseil de Paris en avril, a annoncé Anne Hidalgo lors de cette conférence. "Fin mars, je soumettrai la candidature aux vingt mairies d'arrondissement.  En avril, je consulterai le Conseil de Paris", a-t-elle dit. Et l'édile a pu réaffirmer son "intérêt pour les Jeux Olympiques et paralympiques".

"Les Jeux financent les Jeux"

"La France peut proposer un projet responsable et ambitieux", a ajouté Lapasset. "On a besoin de passer le plus vite possible à la phase d'invitation proposée par le CIO". Le budget des JO-2024 serait divisé en une partie opérationnelle (budget  Cojo) de 3,2 milliards d'euros auquels il faut retrancher 1,8 mds EUR apportés  par le CIO soit un reliquat de 1,4 md EUR. Cette somme est traditionnellement compensée par les ventes de billets et  les recettes marketing perçues auprès des sponsors nationaux. "Les Jeux financent les Jeux", a indiqué M. Lapasset, détaillant la  destination des fonds: les installations temporaires, le transport et le  logement des athlètes, etc...

Le budget Cojo serait financé exclusivement par des fonds privés (97%), l'infime part d'argent public sera entièrement dédiée à la prise en charge  d'une partie des dépenses des Jeux Paralympiques. L'autre budget, le budget hors-Cojo, est estimé à 3 mds EUR, dont 1 milliard destiné à la construction ou rénovation des installations sportives  (piscine, travaux du stade de France...), et 2 mds EUR consacrés à des  constructions extra-sportives, notamment le Village olympique destiné à être  reconverti par la suite, et les travaux d'aménagement des transports pour  favoriser l'accessibilité des personnes à mobilité réduite. M. Lapasset a expliqué que, selon la destination finale des équipements, l'origine des fonds serait différente. "Si le Village olympique est transformé  en logements, il y aura des fonds privés. S'il devient une université, ce sera  des fonds publics..." Paris a l'avantage de posséder déjà un certain nombre de structures à même d'accueillir l'évènement (Roland-Garros, Paris-Bercy...), ce qui limite le nombre de constructions à effectuer.

Un ticket Lapasset-Estanguet

Dans ce rapport, Bernard Lapasset détaille dix raisons de se lancer dans la bataille. Et pour la mener, il a estimé que le coût de la candidature atteindrait les 60 millions d'euros. Il serait en première ligne, avec Tony Estanguet, pour porter le dossier à terme, abandonnant après le Mondial-2015 de rugby ses fonctions de président de la Fédération internationale de rugby. Interrogé, Tony Estanguet a relativisé: "Je ne sais pas où et comment mais  on y sera tous les deux", a-t-il dit.

 

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze