handball France Tunisie Krumbholz filles 032016
Olivier Krumbholz et les filles de l'équipe de France | AFP - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

TQO - Les handballeuses tricolores battent la Tunisie 33-15

Publié le , modifié le

Les handballeuses françaises ont battu la Tunisie 33 à 15 dans leur deuxième match du tournoi de qualification olympique, samedi à Metz. Les Bleues joueront leur billet pour Rio dans leur dernière rencontre face au Japon dimanche (19h30). Si la victoire ne faisait aucun doute vu le faible niveau des Nord-Africaines, privées de leurs meilleures joueuses, les Françaises y ont ajouté un écart suffisant pour qu'un match nul contre les Japonaises suffise à leur offrir un billet pour Rio.

Le sélectionneur Olivier Krumbholz a profité de l'occasion pour faire jouer ses remplaçantes et laisser au repos les joueuses-clefs, Allison Pineau, Siraba Dembélé, la gardienne Amandine Leynaud, en vue du match à ne pas manquer contre les Nipponnes. "Celles qui avaient peu joué jusque-là ont montré qu'elles avaient leur place en équipe de France", a dit l'entraîneur, pensant à Manon Houette (8 buts) et à Grâce Zaadi (7 buts). Contre le Japon, 19e au dernier Mondial, c'est autant l'enjeu, et le risque de stress qu'il suscite, que le rival qui constituera le principal danger pour les Françaises.

Ayglon sur le flanc ?

Certes les Japonaises ont posé des problèmes aux Néerlandaises samedi pendant un peu plus d'une mi-temps avant de s'incliner par une différence (33-25) similaire à celle concédée par les Françaises lors de leur premier match (24-17) contre les vice-championnes du monde, qualifiées elles pour les Jeux avant la dernière journée. Certes les Asiatiques pratiquent un jeu rapide et une défense haute qui peuvent dérouter. Elles ont aussi deux joueuses dangereuses en attaque, l'arrière Shio Fujii et la demi-centre Aya Yokoshima, mais rien qui puisse inquiéter un candidat déclaré au podium olympique.

Les trois dernières rencontres entre la France et le Japon se sont terminées par de très nettes victoires des Bleues: 27-19 au Mondial-2013, 30-17 au TQO 2012 et 41-22 au Mondial-2011. "Au Mondial aussi elles ont tenu longtemps contre de très bonnes équipes", a toutefois souligné Krumbholz, qui n'a pas caché son inquiétude à propos de Camille Ayglon. L'arrière, victime d'une grosse faute à quelques minutes de la fin, est mal retombée sur la main. En cas d'absence, l'équipe manquerait sévèrement de gauchères car Alexandra Lacrabère n'a pas suffisamment récupéré d'une entorse de la cheville pour jouer. En s'appuyant sur ses points forts, la défense et la contre-attaque, et en retrouvant un peu plus d'efficacité au tir que contre les Pays-Bas, l'équipe de France devrait se qualifier pour la cinquième fois d'affilée pour les jeux Olympiques.

Réactions:

Olivier Krumbholz (entraîneur français): "On savait depuis le début, et encore plus depuis la défaite contre les Pays-Bas, que ça se jouerait contre le Japon. Le principe de précaution était de s'assurer le goal-average. On a préservé pas mal de joueuses. Celles qui avaient peu joué jusque-là ont montré qu'elles avaient leur place en équipe de France."

Grâce Zaadi (joueuse française): "Il était important de rectifier le tir. On était toutes déçues du match contre les Pays-Bas. On a fait un beau spectacle tout en restant rigoureuses."

Manon Houette (joueuse française): "On voulait s'assurer le goal-average favorable. On a réussi à se faire plaisir et à prendre quelques repères pour le match de demain. Le Japon est une belle équipe, avec un jeu atypique."