Jacques Rogge désigne Tokyo pour 2020
Jacques Rogge, l'ex-président du CIO, dévoile le nom de l'hôte des JO-2020, Tokyo | AFP - FABRICE COFFRINI

Tokyo remporte les Jeux Olympiques 2020

Publié le , modifié le

Cinquante-six ans après les 18e Jeux Olympiques à Tokyo en 1964, la capitale japonaise a hérité de la 32e édition de l'événement olympique. En 2020, Tokyo sera hôte des JO, ayant remporté le vote du CIO à Buenos Aires aux dépens d'Istanbul, finaliste mais battue pour la 5e fois. Lors du 1er tour, Madrid avait été écartée de la course, pour la 3e fois consécutive après les éditions en 2012 et 2016.

Tokyo peut désormais faire la fête. Après de longues semaines d'attente, comme les deux autres concurrents, la ville candidate à l'organisation des Jeux Olympiques d'été en 2020 peut respirer: elle a été élue par le Comité international olympique (CIO). Il fallait pour cela vaincre Madrid et Istanbul, et convaincre les électeurs.

Harcelés tout au long de la semaine par les questions au sujet de la catastrophe nucléaire de Fukoshima, distante de 220km, les représentants de Tokyo ont beaucoup répété: "La situation est sous contrôle", a ainsi affirmé Shinzo Abe, le Premier ministre japonais lors de son discours à Buenos Aires. "Il n'y a aucun problème, cela n'a jamais causé ni ne causera jamais de  dégâts à Tokyo . (...) Aucun problème de santé n'a été enregistré jusqu'à maintenant, et il n'y en aura pas à l'avenir", a assuré le chef du gouvernement japonais, répondant à une question du CIO. "Aujourd'hui, sous le ciel bleu de Fukushima, des enfants jouent au ballon et regardent vers l'avenir, pas vers le passé", a-t-il conclu en souriant. Plus tôt, Naomi Hirose, président de Tokyo  Electric Power (Tepco), gérant  la centrale nucléaire, s'était voulu rassurant après la révélation ces dernières semaines d'une fuite de 300 tonnes d'eau radioactive par jour dans  l'océan Pacifique. "Nous pensons que l'impact est limité à la zone du port de la centrale nucléaire", a-t-il expliqué dans un message diffusé quelques heures avant le vote du CIO. Les représentants nippons ont été entendus.

42 voix sur 94 au 1er tour, 60 voix sur 96 au 2e

Lors du 1er tour, Tokyo était arrivée en tête (42 voix), Istanbul passant en finale au prix d'un deuxième vote aux dépens de Madrid puisque les deux candidatures étaient arrivées à égalité (26 voix chacune). La finale a confirmé la tendance. Selon RMC, les Nippons auraient récolté 60 voix contre 36 aux Stambouliotes. Un vote qui ravit bon nombre de pays européens, dont les Français, qui espèrent voir leurs chances augmenter d'accueillir les Jeux en 2024, grâce au système de rotation entre les continents.

C'est la deuxième fois dans l'Histoire que Tokyo va accueillir les Jeux Olympiques d'été. La première fois, c'était en 1964. Comme Los Angeles (1932, 1984) et Paris (1900, 1924), Tokyo devient la troisième ville à hériter à deux reprises de ces Jeux d'été, seul Londres ayant eu cet honneur à trois reprises (1908, 1948, 2012). Elle avait vécu deux échecs, en 1960 et 2016. Et la dernière fois que le Japon avait reçu la flamme olympique, c'était en 1998, lors des Jeux d'hiver à Nagano, Sapporo les ayant déjà reçu en 1972.

Vidéo: L'explosion de joie des représentants de Tokyo à Buenos Aires

Voir la vidéo

Vidéo: Tokyo a le dernier mot