Tokyo 2020 Fukushima
Les Tokyoïtes se défendent des accusations à propos de Fukushima. | JUAN MABROMATA / AFP

Tokyo déplore les rumeurs sur Fukushima

Publié le , modifié le

Le gouverneur de Tokyo, Naoki Inose, a déploré vendredi les rumeurs circulant sur Fukushima, rappelant qu'au contraire avec la capitale japonaise, les Jeux olympiques d'été de 2020 seraient entre de bonnes mains.

Le tremblement de terre et le tsunami qui ont ravagé le nord-est du Japon en mars 2011 "n'étaient pas arrivés depuis un millénaire. Le dernier tsunami gigantesque remontait à 869", a fait valoir le gouverneur, lors d'une conférence de presse à la veille du vote du CIO sur la ville-hôte des JO-2020. Si les inquiétudes proviennent désormais des fuites radioactives en mer émanant de la centrale nucléaire détruite par la catastrophe, il a rappelé que le gouvernement nippon avait annoncé le 3 septembre un plan d'urgence. "Vous devez lire le rapport du cabinet, le reste, ce sont des rumeurs", a insisté Naoki Inose. Le gouvernement a pris rapidement des mesures pour régler le problème. Mais les rumeurs, les rumeurs persistent".

Selon lui, "toutes les cargaisons alimentaires qui arrivent à Tokyo sont l'objet d'analyses et toutes les données sont disponibles". "Les radiations ne sont pas différentes par rapport à Londres, New York ou Paris", a avancé le gouverneur. Les investissements nécessaires pour les Jeux ne sont pas un problème pour Tokyo, a-t-il rappelé, puisqu'un fonds spécial de 4,5 milliards de dollars pour assumer les frais a déjà été mis en banque: "Nous n'avons pas besoin d'ajouter un fardeau sur les épaules de la population".

Bien que samedi soit le jour marquant dans la tradition bouddhiste le premier hommage à sa femme décédée il y a 49 jours, Naoki Inose défendra devant les membres du CIO les chances de Tokyo: "Je me sens comme un athlète aux Jeux Olympiques qui rentre dans le stade. En tant que sportif, vous devez être à votre pic le jour-J. Je suis très décontracté, j'ai couru deux kilomètres".

AFP