Teddy Riner
Teddy Riner | DR

Teddy Riner: "Seul l'or me convient"

Publié le , modifié le

Confiant, sûr de ses forces, la star du judo s’est préparé comme jamais pour ces JO. Favori pour l'épreuve des +100kg vendredi, il ne conçoit pas de perdre et pense prendre des risques pour désarçonner ses rivaux. Il estime avoir grandi depuis Pékin et sa (relative) déception, médaille de bronze à la clef tout de même.

« Je viens pour l’or », aime à répéter Teddy Riner comme pour se rassurer encore un peu ou convaincre les dieux du judo. « Le fait d’être désigné comme le grand favori pourrait embrouiller certains mais moi non », poursuit-il lorsqu’un journaliste ose lui rappeler sa défaite de 2008. « Il faut juste que je veille à ne pas me disperser comme il y a quatre ans. Je fais des siestes, je regarde des films, je lis des livres en attendant l’échéance. Je suis plus en confiance, j’ai avancé. J’ai grandi et j’ai pris du poids », sourit le colosse guadeloupéen.

Comment appréhende-t-il ce grand rendez-vous ? « Les nuits sont dures car on réfléchit beaucoup aux combats. On se fait des scénarios. Ce n’est pas de la peur mais de l’appréhension. On se dit qu’il faudra être plus rapide, plus fort. Mais j’aurai de la famille et des amis dans les tribunes, c’est un plus pour moi. Ca me lance, ça me met dans une bonne dynamique ».

"La gagne, la gagne, la gagne" !

F’habitude guère enclin à se projeter très en avant dans l’épreuve, Riner a cette fois scruté attentivement le programme proposé. « J’ai bien regardé mon tableau. Je prends le Polonais d’entrée et je dois me coltiner le Cubain au troisième tour. Je connais tous mes combats du matin, a priori. Pour la finale, il reste des clients sérieux comme l’Egyptien, Kim ou Kamikawa. Mais je refuse de voir plus loin. Je sais juste que je serai en vacances vendredi soir ».

Encore une pirouette avant de reprendre son sérieux pour livrer les clefs de sa réussite : « J’ai l’ascendant psychologique sur mes adversaires mais je n’y pense pas. Même si je n’ai pas encore fait une seule vidéo, je sais ce que je dois faire. En fait, il y a juste deux choses à savoir avant un combat : est-ce qu’il est droitier ou gaucher ? Est-ce qu’il a une grosse technique ? »

« S’il y a une compet’ où il faut se mettre minable, c’est maintenant », conclut-il. « Je sais que certains vont essayer de pourrir le combat mais je suis prévenu. Il me faudra anticiper, prendre des risques. J’essaierais de lui prendre la manche. Si je n’ai pas la manche, je prends les revers. Sinon un bout de manche suffira. S’il faut gagner avec un shido, je le prendrais. Je ne pense qu’aux trois mots en G : la gagne, la gagne, la gagne » !