Le judoka Teddy Riner
Le judoka Teddy Riner | ALEXANDER KLEIN / AFP

Teddy Riner a rendez-vous avec l'histoire

Publié le , modifié le

Privé de finale à Pékin, Teddy Riner part grandissime favori pour conquérir l'or à Londres dans la catégorie des lourds. Le Guadeloupéen, qui sait que tout se jouera en quelques heures, s'est focalisé sur cette échéance depuis quatre ans. Il s'affirme fin prêt.

"Je vais à Londres pour une seule journée. C'est là la dureté de la chose.  Ce n'est qu'une journée où il faut être bon. De 6h30 à 18h00. C'est la journée de ma vie", explique tout de go Teddy Riner qui participera à ses deuxièmes Jeux.

Colosse d'une remarquable souplesse

En 2008 à Pékin, il avait été battu  par l'Ouzbek Abdullo Tangriev en quarts de finale sur pénalité pendant le golden score et s'était consolé avec le bronze. Dès la sortie du tatami, il s'était juré de décrocher l'or en 2012. "J'étais un peu jeune pour prétendre à cette médaille. Je n'étais pas  préparé. Le tour qu'il m'a joué en quarts de finale, il ne me le jouera pas  cette année".

Arrivé aux JO 2008 avec deux grosses techniques, Riner souligne qu'il en  possède désormais 7, parfaitement maîtrisées et qui lui valent d'être nettement  au-dessus du lot. Surtout, Riner  est invaincu depuis deux ans. Sa dernière défaite remonte aux  Mondiaux 2010 à Tokyo où il a cédé sur décision des arbitres face au Japonais  Daiki Kamikawa en finale des toutes catégories. Une défaite controversée dont il a tiré les leçons. Pour devenir le premier judoka français sacré dans la catégorie reine depuis David Douillet (qui avait fait le doublé 2000-2004), Riner doit foncer. C'est maintenant !