Teddy Riner choisi comme porte-drapeau ?

Teddy Riner choisi comme porte-drapeau ?

Publié le , modifié le

Le champion olympique de judo Teddy Riner devrait être désigné porte-drapeau de la délégation française pour les Jeux olympiques de Rio. Si l'on en croit le journal "L'Equipe" le choix du panel de votants, constitué de 52 sportifs, se serait porté sur Riner, pour succéder à Laura Flessel, qui avait l'honneur de conduire la délégation tricolore à Londres. Il aurait été préféré à Tony Parker. Le nom de l'élu sera annoncé par le Comité national olympique et sportif français, vers 20h00 sur les Champs-Elysées,

Pour 42% des Français interrogés début mai, c'est en tout cas Teddy Riner qui devrait entrer sur le Stade olympique de Rio le 5 août, en tête de la délégation française, le drapeau bleu-blanc-rouge à la main. En deuxième position, le perchiste Renaud Lavillenie, détenteur du record du monde depuis février 2014 (6,16 m), arrivait loin derrière avec 23%. Petite surprise: la basketteuse Céline Dumerc, médaillée d'argent aux Jeux de Londres en 2012, occupait la 3e position (15%), devant Parker (10%), pourtant bien plus médiatisé.

Les sportifs choisissent

Nouveauté cette année: le porte-drapeau a été élu par les sportifs eux-mêmes, via un collège électoral d'une cinquantaine de noms composé de deux athlètes, un homme et une femme, délégués par chacune des fédérations représentée à Rio (hockey sur gazon excepté, seul sport où la France ne sera pas représentée au Brésil). En 2012, Flessel avait été nommée par un comité de cinq personnes choisies par le CNOSF. C'est la première fois de l'histoire qu'il y aura un vote en bonne et due forme. "A l'heure où la candidature de Paris-2024 pour les JO met les sportifs en première ligne, il nous a semblé normal de faire élire le porte-drapeau, représentant des athlètes, par les athlètes eux-mêmes", avait insisté Denis Masseglia, le président du CNOSF.

Riner, qui avait officiellement fait acte de candidature fin avril, à 100 jours de l'ouverture des Jeux de Rio, a mené une campagne active depuis le début. Avec le soutien de nombreux athlètes comme la cycliste Pauline Ferrand-Prévot, le champion du monde des rings Tony Yoka ou encore l'équipe de France de voile. "Ce sera Teddy, forcément, la question ne se pose même pas", avait asséné Yoka, dans un uppercut aux autres candidats en lice. Etre porte-drapeau, "ça se mérite", avait plaidé Riner. Et pour cela, être champion olympique, "c'est un minimum", avait-il insisté. Bref, selon ce critère, ce serait entre lui et Lavillenie, le Clermontois volant.

Vidéo : Riner, l'élu... 

francetv sport @francetvsport