Svendsen, le chercheur d’or

Svendsen, le chercheur d’or

Publié le , modifié le

Quadruple champion du monde en titre et vainqueur de 32 courses en Coupe du monde, le Norvégien Emil Hegle Svendsen n’est pas encore reconnu à sa juste valeur. La faute à son illustre ainé Ole Einar Bjoerndalen, toujours sur les skis à 39 ans, et à son rival actuel Martin Fourcade. A Sotchi, le biathlète de 28 ans va encore mener une lutte acharnée avec ses deux démons.

"Il est actuellement celui que toute la Norvège veut voir gagner. Il se rapproche de Ole. " Pour Harvald Hanevold, aucun doute, Emil Svendsen est désormais la référence du biathlon norvégien. Pour le quintuple champion du monde devenu consultant télé, le natif de Trondheim n’est plus très loin de son illustre compatriote Ole Einar Bjoerndalen. Pourtant, avec ses 19 titres mondiaux, ses 6 couronnes olympiques et ses 93 victoires en Coupe du monde, "OEB" est intouchable. Malgré ses 11 sacres mondiaux, ses 2 médailles d’or olympiques et ses 32 succès en Coupe du monde, Svendsen reste dans l’ombre du "Roi Ole", toujours actif à 39 ans.

Svendsen veut écraser Bjoerndalen

S’ils cohabitent désormais dans les relais norvégiens, les relations n’ont pas toujours été au beau fixe entre les deux hommes. Battu sur la poursuite mondiale en 2008, le cadet avait tenu des propos désobligeants à l’encontre de son aîné. Et remettait le couvert trois an plus tard, à l’orée de la saison 2011. "Je ne pense pas qu'il puisse faire face à la nouvelle génération et cela dès l'hiver prochain. De toute façon je vais tout faire pour qu'il ne puisse pas rivaliser." Certainement le fruit d’une immense frustration pour le vainqueur du gros globe de cristal 2010. Vainqueur de l’Individuelle et de la Mass Start aux Mondiaux d’Ostersund en 2008 devant Bjoerndalen, Svendsen pensait avoir tué le père, trois ans après ses débuts dans le gotha du biathlon. A tort.

Confiant en lui et sérieux à l'entraînement

"Il affichait déjà une grande confiance en lui. Et on voyait qu'il voulait très vite défier les anciens", se souvient Harnevold, qualifiant Emil de "travailleur sérieux à l'entraînement", doté d'une grande  puissance sur les skis. A Nove Mesto la saison dernière, le grand rival actuel de Martin Fourcade a frappé un grand coup, en décrochant quatre titres au nez et à la barbe du Pyrénéen. Le Français ne veut pas s’en laisser compter et désire une revanche sur les pistes de Sotchi. Une lutte qui n’est pas sans rappeler celle entre Raphaël Poirée et un certain… Ole Einar Bjoerndalen. Les Jeux 2014 devraient être sa dernière grande compétition internationale. L’occasion d’une passation de pouvoir avec le "golden boy" Emil Svendsen ?

Jerome Carrere