Svendsen et Fourcade au sprint
Emil-Hegle Svendsen lève les bras en remportant la victoire en mass-start, alors que Martin Fourcade tente de le dépasser en lançant son ski sur la ligne | AFP - ODD ANDERSEN

Svendsen devance Fourcade en mass-start

Publié le , modifié le

Emil-Hegle Svendsen a remporté l'épreuve de mass-start en devançant, au sprint, Martin Fourcade auteur d'une exceptionnelle remontée. Le Français rate de très peu sa 3e médaille d'or dans ces Jeux Olympiques. Mais cette médaille d'argent lui permet de devenir le Français le plus médaillé de l'Histoire des JO d'hiver. Le Tchèque Moravec prend la 3e place. Longtemps dans la tête de course, Jean-Guillaume Beatrix a craqué au tir en fin de course pour finir 17e, à 2'05" du vainqueur.

Un cocktail explosif, un scénario imprévisible, un suspense haletant. Tout s'est réuni pour faire de cette mass-start de Sotchi un événement exceptionnel. Prévue initialement dimanche, la course, de retards en reports, s'est finalement tenue trois jours après. Et encore a-t-elle eu un ultime retard, de quinze minutes, en raison de ce diable de brouillard. Au programme de ce jour, de la neige et du vent, pour bien compliquer la tâche de chacun. Et dans des conditions difficiles, les meilleurs sont toujours devant. Pour ajouter un obstacle de plus, Martin Fourcade a débuté sa séance de tirs par une faute. Du coup, à la sortie du pas de tir, il pointait en 23e position, à 36" des leaders parmi lesquels les très dangereux Shipulin et Svdensen.

Déjà double champion olympique, le Pyrénéen ne pouvait laisser la course lui échapper de cette manière. Au ski, d'abord, il est revenu, grappillant du temps sur ses rivaux. A la carabine ensuite, il a enchaîné les sans-faute. Du coup, après le premier tir debout, il était déjà 16", à 32". Puis, après le deuxième tir couché, il était revenu à la 3e place, à moins de 13" de Svdensen, toujours aussi parfait au tir (0 faute) comme le Tchèque Ondrej Moravec. Et lors du quatrième et dernier passage au tir, Martin Fourcade entrait avec les meilleurs. Il était le premier à mettre en joue, le premier à tirer. La tactique est connue: mettre la pression sur les autres. Et cela fonctionne. Accroché à son porte-bagage, le si expérimenté Ole-Einar Bjorndalen commet quatre erreurs au tir, lui qui en avait commises deux lors du premier tir. Fatigué par son retour dans le groupe au prix d'un énorme effort, le Norvégien le payait cher.

Plus rapide, aussi précis que les autres,  Fourcade sort le premier du pas de tir. derrière lui, Svendsen s'accroche et revient, tout comme Moravec. Quadruple champion du monde en 2013, le Norvégien décide alors de durcir la course en plaçant une attaque. Son rival français réagit dans son sillage, pas le Tchèque, qui lâche. Les deux meilleurs biathlètes de ces dernières années s'offrent donc un duel pour l'or olympique. Le Français tentait une attaque, mais ne décramponnait pas son adversaire. Arrivé au stade du biathlon, Svendsen accélérait à l'approche du dernier virage, prenant quelques distances avec Fourcade. mais dans la ligne droite, ce dernier revenait, au ski, et lançait sa spatule sur la ligne d'arrivée, pour tenter d'arracher cet or qui lui permettrait d'égaler Jean-Claude Killy au panthéon des champions français. Malheureusement, pour quelques centimètres, Svendsen gardait la première place.

Mais quel final, quel suspense, quelle dramaturgie. Mais pour Martin Fourcade, cette médaille d'argent laisse forcément des regrets. Quelques centimètres font toute la différence. Il devient néanmoins le Français le plus médaillé de l'histoire des JO d'hiver avec quatre médailles. Et il aura sans doute encore une faim de loup lors des relais. Cette médaille d'argent d'aujourd'hui peut faire naître l'or de demain. L'histoire est loin d'être finie.