La joie de Myriam Soumaré
La joie de Myriam Soumaré | OLIVIER MORIN / AFP

Soumaré en finale du 200m !

Publié le , modifié le

La Française Myriam Soumaré a décroché son billet pour la finale du 200m. Une bonne nouvelle au milieu des contre-performances tricolores (éliminations de Hanany, Bosse et Okori). Sally Paerson a enflammé le 100m haies en réalisant un nouveau record olympique (12'35) tandis que Taoufik Makhloufi, un temps exclu des JO, a pris une cinglante revanche en s'imposant sur le 1500m.

Côté tricolore, la soirée avait débuté sous les pires augures puisque, quasiment dans le même temps, Mickaël Hanany et Reina-Flor Okori étaient éliminés. Le premier nommé, en saut en hauteur, a échoué à trois reprises à 2.25 m terminant à la 14e et dernière place de la finale. Un coup d'arrêt pour le médaillé de bronze aux championnats d'Europe d'Helsinki cet été et qui présentait un record saisonnier de 2,31 m réalisé dans son  stade fétiche d'El Paso, ville du Texas où il s'entraîne depuis plusieurs  années. Pas de réussite non plus pour la Française Reina-Flor Okori, seule Tricolore engagée sur le 100 m haies et disqualifiée après un faux départ  en demi-finale. Elle a immédiatement réalisé sa faute, posant ses mains sur son crâne avant  de rejoindre ses starting-blocks, où les commissaires lui ont infligé l'inévitable carton rouge. "J'étais venue pour courir la finale, je sais que je suis en forme  olympique. Je suis très triste, j'ai anticipé un peu trop, j'avais remarqué en  série que les starters étaient rapides. C'est rageant mais c'est le jeu",  a-t-elle réagi.

La spirale négative se poursuivait avec l'élimination de Pierre-Ambroise Bosse sur 800m, même si le jeune Tricolore n'avait pas démérité lors de séries écrasées par la classe du Kenyan David Rudisha (1'44''35) et ultra-favori de la finale qui se disputera jeudi. Le coin de ciel bleu s'appelait Myriam Soumaré. Auteur d'un départ canon sur le 200m, la Française se permettait le luxe de rivaliser pendant 150 mètres avec les reines de la spécialité, Veronica Campbell Braown et Carmelita Jeter avant de se désunir quelque peu sur les dernières foulées. Au final, Soumaré claquait tout de même son meilleur chrono de la saison (22'56) et passait finalement au repêchage chronométrique avec le 8e temps. Et elle n'aura rien à perdre dans la finale de mercredi. Outre Campbell-Brown et Jeter, cette finale, comptera aussi les Américaines Sanya Richards-Ross (22.30) et Sanya Allson  Felix (22.31), déconcertante de facilité.

La course de Myriam Soumaré :

Une Paerson en or

Ce ne sont ni les Américaines (Dawn Harper et Kellie Wells, respectivement médaillée d'argent et de bronze, ont signé le meilleur temps de leur carrière) ni la pluie ou le vent défavorable qui ont pu empêcher le sacre programmé de Sally Paerson sur 100m haies. La médaillée d'argent à Pékin et championne du monde de Daegu, auteur d'un départ explosif, a su conserver sa vitesse jusqu'à la ligne pour établir une nouvelle référence olympique (12'35). Dans ces conditions climatiques, cela relève de l'authentique exploit. Celui de Taoufik Makhloufi est moins limpide que celui de l'Australienne. Exclu des Jeux par le CIO pour conduite anti-sportive sur le 800m (inscrit par erreur sur cette distance, il n'avait parcouru que quelques mètres avant d'abandonner. Ce geste entraînait son exclusion mais, grâce à la présentation d'un certificat médical "arrangé", il était finalement réintégré !) Au vu de l'emballage final de l'Algérien lors des derniers hectomètres, difficile de croire à cette blessure ! Quoiqu'il en soit, Taoufik Makhloufi mérite amplement sa victoire, signée de main de maître devant  l'Américain Leonel Manzano et le Marocain Abdalaati Iguider.

La victoire de Paerson sur 100m haies :

Dans les autres concours de la journée, Ivan Ukhov est devenu champion olympique du saut en hauteur en passant une barre à 2,38 m. Le Russe de 26 ans, au look "grunge" et qui succède au palmarès à son compatriote Andrey  Silnov, a devancé l'Américain Erik Kynard, 2e avec 2,33 m. Dans l'épreuve du lancer du disque c'est Harting qui s'est imposé avec un lancer à 68,27 m. L'Allemand de 27 ans a  devancé l'Iranien Ehsan Hadadi (2e avec 68,18 m) et Kanter (3e avec 68,03 m). Harting, double champion du monde en titre (2009, 2011), vice-champion du  monde 2007 et champion d'Europe en titre, remporte sa première médaille  olympique. Il avait fini 4e à Pékin en 2008.

Julien Lamotte