Sotchi-2014
Les Jeux Olympiques à Sotchi en 2014 | AFP - FABRICE COFFRIN

Sotchi:des JO moins stricts qu'à Londres

Publié le , modifié le

Les mesures de sécurité pendant les jeux Olympiques de Sotchi en février 2014 seront "modérées", "invisibles" et "moins strictes" qu'aux jeux de Londres l'an passé, a indiqué mercredi un responsable du Service fédéral de sécurité russe (FSB).

"A la base, la sécurité sera invisible, elle ne sautera pas aux yeux et ne gênera ni les visiteurs ni les participants" aux JO de Sotchi , ville entre les bords de la mer Noire et les montagnes du Caucase, a déclaré le responsable du FSB, Alexeï Lavrichtchev, lors d'une conférence de presse à Moscou. "Les mesures de sécurité seront assez modérées. En comparaison avec les derniers JO à Londres, nous ne prendrons pas de mesures aussi strictes", a-t-il  ajouté. Pendant les jeux Olympiques d'été en 2012 dans la capitale britannique, "des militaires patrouillaient dans les rues de Londres. Chez nous, ce n'est  pas prévu", a observé M. Lavrichtchev. "Dans les sites olympiques, les lieux publics, les rues, il y avait des caméras de surveillance partout, et même des informations sur la présence de caméras aux toilettes. Nous ne prendrons bien évidemment pas de telles mesures", a observé le responsable du FSB.

Manifestations interdites durant les Jeux

Au nom de la sécurité, le président russe, Vladimir Poutine, a interdit  tout rassemblement ou toute manifestation dans plusieurs secteurs de Sotchi du 7 février au 21 mars 2014, avant et après les jeux Olympiques (7-23 février) et paralympiques (7-16 mars), selon un décret publié en août. L'accès à ces vastes zones sera limité et les contrôles seront renforcés. Interrogé sur les mesures concrètes qui seront prises, le responsable du  FSB n'a donné aucun détail. L'annonce de ces mesures avait provoqué de vives réactions, notamment de  militants de la cause homosexuelle qui comptaient profiter du retentissement  médiatique des JO pour organiser des actions de protestation, afin de dénoncer  une loi sur la "propagande" homosexuelle promulguée en juin par M. Poutine. Les autorités russes sont confrontées avant tout à la menace terroriste. En  juillet, le chef de la rébellion islamiste dans le Caucase russe, Dokou  Oumarov, avait appelé "à empêcher par tous les moyens" la tenue des JO de  Sotchi , le plus grand événement international en Russie depuis la chute de  l'URSS en 1991, auquel tient particulièrement M. Poutine.