Sotchi - vue aérienne
Le parc olympique de Sotchi est installé sur les rives de la mer Noire | AFP PHOTO/MIKHAIL MORDASOV (18/05/2012)

Sotchi 2014 se la joue "écolo"

Publié le , modifié le

Le Comité d’organisation de Sotchi 2014 a confirmé ce jeudi sa promesse écologique faite au moment de sa candidature, à savoir l'attenuation des gaz à effet de serre émis pendant les JO.

Pendant sa campagne de candidature, en 2007, Sotchi 2014 avait fait la promesse de compenser les émissions de gaz à effet de serre lors de la préparation et le déroulement des Jeux. Après avoir obtenu le droit d’accueillir les premiers Jeux Olympiques d’hiver dans l’histoire de la Russie, Sotchi 2014 a collaboré étroitement avec une équipe d’experts russes et internationaux pour mesurer l’empreinte carbone directe des Jeux. Pour atténuer l'émanation de ces gaz nocifs à l'environnement, le comité d'organisation s'est rapproché de Dow Chemical Company (Dow), partenaire olympique mondial et entreprise de produits chimiques officielle des Jeux Olympiques. 

Une empreinte carbone estimée à 360 000 tonnes cubes de CO2

Dow sera chargée de diminuer l'empreinte carbone libérée à l'occasion des JO de Sotchi grâce aux technologies "éco-energétiques". Estimée par les experts à 360000 tonnes cubes en émissions équivalentes de CO2, l’empreinte carbone directe des Jeux est composée des émissions de gaz à effet de serre associées au transport et hébergement des athlètes, employés et volontaires, ainsi qu’au fonctionnement des sites sportifs pendant les Jeux et aux activités du Comité d’organisation de Sotchi 2014. Les projets mis en place par Dow dans les secteurs d’infrastructure, industrie et agriculture à travers le pays permettront de faire des économies de carbone plus importantes que l’empreinte carbone directe des Jeux. 

Les vols des spectateurs et des médias également pris en compte 

Pour le coup, c'est une première. Le Comité d’organisation de Sotchi 2014 a indiqué dans son communiqué son intention de compenser également l’empreinte carbone de tous les vols des personnes extérieurs aux athlètes et collaborateurs, à savoir les spectateurs et les médias. En l'occurrence, l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre associées aux voyages sont estimées à 160000 mégatonnes en émissions équivalentes de CO2. 

Jean Charbon