A un an des Jeux olympiques de Sotchi, le compte-a-rebours est lancé à Moscou
A un an des Jeux olympiques de Sotchi, le compte-a-rebours est lancé à Moscou | AFP - KIRILL KUDRYAVTSEV

Sotchi 2014 : Ouverture des festivités sur fond de limogeage

Publié le , modifié le

Avec de nombreuses célébrations organisées dans tout le pays, les Russes marquent jeudi le lancement du compte à rebours des JO d'hiver de Sotchi, à un an de la cérémonie d'ouverture. Le même jour, le vice-président du comité olympique est limogé.

J-365 : fièvre olympique en Russie

La venue de Vladimir Poutine sur les chantiers de Sotchi le 6 et 7 février 2013 est loin d'être anodine : en compagnie du président du CIO et de nombreux invités, le président russe a tenu à marquer le coup à un an jour pour jour des Jeux de Sotchi. Dans la station balnéaire au bord de la Mer Noire, le prestigieux comité assistera ce soir à un grand show sur glace dans l'une des plus belles infrastructures réalisées pour l'occasion (le palais "Bolchoi" et sa coupole de verre), suivi d'un grand feu d'artifice.

A Moscou également, le Kremlin s'est mis sur son trente-et-un pour lancer le compte à rebours. Sur une grande structure représentant les montagnes du Caucase, l'affichage électronique a été dévoilé par le maire de la capitale, devant quelques athlètes et plusieurs centaines de spectateurs massés sur la Place Rouge. Des fêtes similaires sont organisées jeudi dans huit autres grandes villes russes, de Saint-Pétersbourg à l'Ouest jusqu'à l'Extrême-Orient à Khabarovsk. 

Vidéo : Ouverture du compte à rebours à Moscou

Voir la video

Le vice-président du comité olympique limogé

Des cérémonies ternies par l'annonce, le même jour, du limogeage du vice-président du comité olympique par Vladimir Poutine, pour des retards trop importants dans la construction du complexe de saut à skis, qui coûtera 200 millions d'euros, soit huit fois plus que prévu. "Comment se fait-il que le vice-président du comité olympique freine les travaux? Bravo, vous travaillez bien" a ironisé le président russe. Son vice -Premier ministre, Dmitri Kozak, a quant à lui déclaré que "les gens qui ne remplissent pas leurs obligations à un tel niveau ne peuvent diriger le comité olympique de notre pays".