Sonny Bill Williams
Le All Black Sonny Bill Williams à l'entraînement avec le Seven | AFP - ISAAC LAWRENCE

Sonny Bill Williams: "Les JO, le plus grand événement sportif du monde"

Publié le , modifié le

A la veille de l'étape parisienne du Circuit mondiale de rugby à VII (de vendredi à dimanche à Jean-Bouin), Sonny Bill Williams, appelé dans le groupe néo-zélandais, a confié sa passion pour les Jeux Olympiques, auxquels il rêve de participer à Rio cet été. "Pour moi, les jeux Olympiques ne se présentent qu'une fois et c'est le plus grand événement sportif du monde", a-t-il dit. Le rugbyman avoue son admiration pour Mohamed Ali.

Est-ce difficile de passer au rugby à VII?
Sonny Bill Williams:
"Je pense que c'est l'une des raisons pour laquelle j'ai fait le choix de ce challenge. J'ai prouvé que j'étais capable de réussir dans différents sports (rugby à XV, rugby à XIII, boxe). Je crois en moi et je sais que si je ne me blesse pas, que je continue à travailler dur mentalement et que je mets mon ego de côté, je serai en mesure de prendre en main le jeu".

Qu'est-ce qui vous motive dans le rugby à VII?
SBW:
"J'ai déjà réussi dans tout ce que j'ai entrepris et je remercie Dieu humblement pour tout ça. Mais quand une opportunité se présente pour intégrer le rugby à VII et peut-être participer aux jeux Olympiques, pas question pour moi de ne pas saisir cette occasion. Le rugby à VII a toujours été plus ou moins là pour moi. Il y a 5 ans, 'Titch' (Sir Gordon Tietjens, entraîneur) m'avait déjà demandé si je voulais jouer au rugby à VII. Là c'est le moment idéal. Pour moi, les jeux Olympiques ne se présentent qu'une fois et c'est le plus grand événement sportif du monde".

Pourquoi les jeux Olympiques sont-ils si importants pour vous?
SBW:
"En Nouvelle-Zélande, nous sommes obsédés par le rugby à XV, c'est notre sport numéro un, on ne jure que par les All Blacks. J'ai eu vraiment un cap à franchir par rapport à ça, il m'a fallu réfléchir à ce que ça voulait dire d'être un sportif et combien cette opportunité d'aller aux Jeux était importante. Ca m'a complètement boosté. Participer aux jeux Olympiques, être appelé un olympien. Il ne s'agit pas seulement d'essayer de gagner une médaille mais d'être capable de dire que vous êtes un olympien: ça dépasse tout, je crois. Le temps nous dira si je peux faire partie de cette équipe, mais je ferai vraiment tout ce que je peux pour essayer de réaliser ce rêve".

Quand je pense aux JO, je pense à Mohamed Ali"

Depuis quand avez-vous le rêve olympique en tête?
SBW:
"Je ne saurais pas vraiment dire. Je dirais que c'est présent dans mon esprit depuis le début de l'année. Mais ce n'est pas le plus important. Ce qui compte c'est que je dois continuer à travailler dur pour être encore meilleur parce que nous avons des joueurs talentueux dans notre équipe et nous voulons tous la même chose à la fin de la journée: faire partie de l'équipe olympique".

Avez-vous des héros des jeux Olympiques?
SBW:
"Pour être honnête, je n'étais pas vraiment un grand fan de Carl Lewis, j'étais davantage fan de Mohamed Ali. Quand je pense aux jeux Olympiques, je pense à lui, quand je pense aux grands sportifs, je pense vraiment à Ali. C'était un très grand sportif, la manière dont il est revenu après avoir gagné la médaille d'or, la façon dont il a géré sa carrière après avoir été interdit pendant 5 ans de remonter sur le ring. Et puis son retour alors que tout était contre lui, sa victoire contre Georges Foreman(en 1974). C'était vraiment spécial. Pour moi, le plus grand sportif encore vivant, c'est clairement Ali. Chaque fois que je pense aux jeux olympiques je pense à Mohamed Ali. C'est drôle parce que je n'avais pas vu ses combats, j'étais jeune, mais je savais que Mohamed Ali était une source d'inspiration pour beaucoup de gens".

AFP