Mikaela Shiffrin
L'Américaine Mikaela Shiffrin | AFP - ALEXANDER KLEIN

Shiffrin frappe d'entrée en slalom

Publié le , modifié le

Championne du monde et victorieuse du Globe de Cristal en 2013, Mikaela Shiffrin a réalisé le meilleur temps de la 1re manche du slalom. A Sotchi, la skieuse américaine a relégué toutes ses rivales à près d'une demi-seconde (Maria Höfl-Riesch) et plus (Tina Maze, 3e à 0"67). Victorieuse de trois slaloms (sur six) cette saison, la fille du Colorado, âgée de 18 ans, est idéalement placée pour rapporter la deuxième médaille d'or à l'alpin américain après celle de Ted Ligety en slalom géant. Dans le camp français, Nastasia Noens reste dans le coup pour une médaille avec sa 5e place à 1"19 de l'Américaine, mais 7 dixièmes sur l'Allemande.

Une démonstration. En toute simplicité, en toute décontraction. Depuis un an, elle est la nouvelle perle du ski américain. Mikaela Shiffrin n'est plus une surprise, et elle était attendue à Sotchi. Un an après son sacre mondial à Schladming en slalom, elle était l'une des grandes favorites pour le titre dans cette discipline. Et elle assume son statut. La native de Vail, dans le Colorado, a survolé la première manche de ce slalom olympique. Imaginez qu'elle a simplement placé Maria Höfl-Riesch, tenante du titre, championne du monde de la discipline en 2009 et double gagnante du Globe de Cristal (2009, 2010), à près d'une demi-seconde. Elle a été la seule à franchir la ligne d'arrivée en moins de 53 secondes.

Avec son toucher de neige, l'Américaine s'est mise sur les rails de son premier sacre olympique. Victorieuse cette année en Coupe du monde à Levi, Bormio et Flachau, 2e à Lienz, 7e à Kranjska Gora et 12e à Courchevel, ses rivales ne peuvent même pas compter sur des chutes, ou des grosses fautes éliminatoires. Car la skieuse est d'une régularité exceptionnelle. Il faut remonter au slalom des championnats des Etats-Unis, en mars 2013, pour trouver trace d'une "sortie de route" dans un slalom. Et depuis le début de la saison 2011, où elle était encore junior, elle n'a pas fini un slalom de Coupe du monde qu'à quatre reprises. 

Reste que le slalom est une course à part, où le manque d'engagement peut se payer. Derrière elle, la présence de Maria Höfl-Riesch, celle de la Slovène Tina Maze (à 0"67), de Bernadette Schild (à 0"79) ou encore des Nastasia Noens (1"19), Marlies Schield (1"34) et Kathrin Zettel (1"38), ne pourront lui laisser aucun répit. Pour la Niçoise, la course à la médaille est plus que jamais dans ses cordes. 

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze