La grave blessure de Samir Aït-Saïd à Rio
Samir Aït-Saïd salue le public alors qu'il est évacué sur une civière | AFP - THOMAS COEX

Samir Ait-Said, maudit aux Jeux Olympiques

Publié le , modifié le

Pour son entrée en lice dans la compétition de gymnastique, Samir Aït-Saïd s'est gravement blessé. Candidat à un podium aux anneaux et au saut, le Français voit ainsi ses espoirs enterrés dès la première journée de compétition, victime d'une fracture tibia-péroné Et ce n'est pas la première fois qu'il vit pareille désillusion.

L'image est terrible. A la réception de son saut, Samir Aït-Saïd reste au sol, plié en deux de douleur, comme sa jambe. Cette blessure est d'autant plus terrible que le gymnaste français a vécu une pareille épreuve voici quatre ans, avant les JO de Londres. A l'Euro qui se déroulait alors à Montpellier, Il s'élançait à pleine vitesse, prenait appui sur le cheval mais ratait sa réception. Triple fracture du plancher tibial, genou en vrac, il faisait alors une croix sur les Jeux Olympiques de Londres. « Je n’ai vraiment pas digéré ce qui m’est arrivé il y a quatre ans », disait-il voici quelques semaines. « 2012 est une frustration que je ne peux pas oublier, mais je dois vivre avec. Je n’ai pas le choix. »

Vidéo: Le reportage sur Samir Aït-Saïd après sa blessure en 2012

A Rio, c'était la consternation dans le camp tricolore. "On est encore sous le coup de l'émotion. C'est inattendu, c'est dramatique", glissait Corinne Caillon, Directrice technique nationale (DTN) à lAFP. "J'ai entendu d'autres gymnastes dire: 'Ne regarde pas, ne regarde pas'", confiait l'Américain Danell Leyva. "Même si on est dans des équipes différentes, on se connaît les uns les autres, et moi je connais Samir depuis que j'ai 14 ans."

5e des Mondiaux 2014 et 4e des Mondiaux 2015 aux anneaux, en argent à l’Euro-2015, en bronze en 2014 et en or en 2013 toujours aux anneaux, il avait prouvé par ses résultats qu'il avait su se relever. Mais à 26 ans, ce deuxième terrible coup du sort va être une épreuve majeure pour lui. Car à Rio, il l'annonçait: « Je vais aux Jeux, je vais me battre, je vais tout donner. Il ne faudra pas trembler, et je ne tremblerai pas. Mais ce n’est pas parce que je ne tremblerai pas que j’aurais la médaille.» La malchance ne lui aura pas permis de défendre ses chances au Brésil. Fan de sport de combat, il va encore une fois livrer un énorme combat.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze