Rudisha
David Rudisha | JOHANNES EISELE / AFP

Rudisha en balade, les Français loin du compte

Publié le , modifié le

Le Kényan David Rudisha a décroché jeudi la médaille d'or sur 800m, améliorant au passage son propre record du monde. Emmené par Myriam Soumaré, le relais 4x100m féminin a raté sa demi-finale et échoue à la 7e place.

La médaille d'or ne lui suffisait pas. Sacré champion olympique du 800m, le Kényan David Rudisha s'est aussi payé le luxe d'améliorer son propre record du monde avec un chrono de 1"40'91 (10 centièmes de mieux). Le champion du monde en titre a devancé le Botswanais Nijel Amos et un autre Kényan, Timothy Kitum. Rudisha, qui n'avait pas participé aux JO 2008 à cause d'une blessure, remporte la quatrième médaille d'or olympique du Kenya sur 800m. Il a poursuivi son extraordinaire bilan depuis les Mondiaux 2009 (une seule défaite sur 800m) en dominant la course de la tête et des épaules, sans laisser l'ombre d'une chance à ses rivaux.

Revivez la course de Rudisha :

"J'étais bien préparé cette année et je ne doutais pas de la victoire, a indiqué le nouveau champion olympique à la BBC. Mais j'attendais les conditions parfaites pour battre le record du monde parce que je savais que j'avais la forme pour courir en 1min40sec." Mohammed Aman et Abubaker Kaki avaient bien essayé de se caler dans sa foulée, mais Rudisha était reparti de plus belle dans la ligne opposée et les deux poursuivants payaient dans le dernier virage l'audace d'avoir voulu suivre le leader. Amos, plus prudent, cueillait ainsi la médaille d'argent, alors que les sept autres finalistes battaient soit un record national soit une marque personnelle.

Chez les femmes, la Kényane Pamela Jelimo, la Sud-Africaine Caster Semenya et la Russe Mariya Savinova se sont qualifiées sans encombres pour la finale du 800m dames prévue samedi.

La réaction de Rudisha :


 

Le relais 4x100m à la peine

Dans le relais 4x100m, les Françaises n'ont pas fait le poids et doivent se compter de la 7e place de leur série en 43"77. Myriam Soumaré, Ayodélé Ikuesan, Lina Jacques-Sébastien et Johanna Danois ont connu de grandes difficultés à quasiment chacune de leurs transmissions du bâton, perdant toute chance d'exister dans une demi-finale dominée par les Etats-Unis.

Revivez le 4x100m :

Compaoré trop juste

Champion du monde en titre, Christian Taylor a confirmé sa mainmise sur le triple saut en décrochant son premier titre olympique. Avec une marque à 17,81, l'Américain devance son compatriote Will Claye (17,62m) et l'Italien Fabrizio Donato (17,48m). Mais ce ne fût pas une partie de plaisir. Après avoir mordu ses deux premiers sauts, il a déclenché son bond victorieux à son quatrième essai, échouant à 15 centimètres de son record personnel.

En l'absence de Teddy Tamgho, blessé, les espoirs français reposaient sur Benjamin Campaoré. Avec un saut à 17,08m, le Français a été à son niveau. Insuffisant, donc, compte tenu de son record personnel (17,31m). "J'avais la vitesse et le corps pour faire mieux que ça mais je ne l'ai pas fait. Je suis forcément déçu. C'est une finale olympique, c'est ma meilleure place au niveau mondial mais ce n'est pas ce que j'étais venu chercher. Je cherchais le titre. J'ai l'impression que cela fait deux-trois ans que je n'arrive pas à montrer mon potentiel. J'adore mon sport mais on a envie que ça paie un jour, en termes de performances."

Eaton en patron

Grand favori du décathlon, Ashley Eaton n'a pas flanché. L'Américain a même frôlé son tout récent record du monde (9039 points) avec ses 8869 points qui lui ont assuré une belle avance sur son compatriote Trey Hardee (8671) et le Cubain Leonel Suarez (8523). Debouts, les 80 000 spectateurs du stade olympique ont offert aux décathloniens une ovation à la hauteur de leurs efforts à l'issue du dernier 1500m.

Le Français Kevin Mayer, 20 ans, termine à la 15e place avec 7952 points.

 

Victor Patenôtre