Volley - France Italie
Ngapeth impuissant face aux Italiens | Johannes EISELE / AFP

Rio 2016 - Volley: Lourde défaite des Bleus face à l'Italie

Publié le , modifié le

Les volleyeurs français ont été battus par l'Italie 3 à 0 (25-20, 25-20, 25-15) dans leur premier match du tournoi olympique, dimanche à Rio. Les Bleus ne sont jamais entrés dans la rencontre face à des adversaires qu'ils avaient pourtant dominés à deux reprises (3-0) en juin et juillet en Ligue mondiale. Les hommes de Laurent Tillie affronteront le Mexique mardi prochain à 15h30 et seront donc dans l'obligation de s'imposer pour pouvoir poursuivre leur aventure olympique au delà des poules.

"Nous avons fait l'erreur de vouloir jouer aussi bien que l'an passé, alors que ce n'est plus la réalité d'aujourd'hui", a expliqué l'entraîneur Laurent Tillie. Depuis l'été 2015, le "Team Yavbou" avait enchaîné les exploits: victoire en Ligue mondiale dans la même salle, le Maracanazinho, en juillet, titre européen en octobre, puis finale au tournoi de qualification olympique, en janvier, qui leur avait ouvert la porte des JO.

"Notre pic de niveau a été ce TQO de Berlin. Depuis, tout doucement, ça se dégrade un peu, on est moins agressif, moins précis, moins attentif. On n'a pas exactement la même efficacité. Il va falloir l'accepter et être un peu plus dans le combat", a prévenu le sélectionneur.


C'est justement ce qui a manqué dimanche, après un départ calamiteux: 8-0 pour l'Italie en quelques minutes. "Ca ne m'était jamais arrivé", a dit le capitaine Benjamin Toniutti. Les Bleus sont bien revenus à un point (15-16), mais un ace du passeur italien Simone Giannelli a mis fin à leurs espoirs d'arracher la première manche.

Le reste a été catastrophique: pas de service de Kevin Le Roux ni de contre de Nicolas Le Goff, trop peu d'attaques d'Earvin Ngapeth et Antonin Rouzier, les Français ont été méconnaissables. Au bout d'à peine une heure et quart, tout était terminé.

"L'Italie a mis une pression énorme tout le temps et a été largement plus solide", ne pouvait qu'admettre le passeur Toniutti, dominé lui aussi dans la distribution par son homologue italien.
Aussi cinglante soit-elle, cette claque assénée par une équipe que les Bleus venaient pourtant de battre à deux reprises 3-0 en Ligue mondiale en juin et juillet, n'obstrue pas la route du podium. Les Français peuvent se remettre d'aplomb en écartant les modestes Mexicains mardi. Ensuite, il faudra jouer un autre volley pour inquiéter les plus forts.

AFP