Tony Parker a terminé sa carrière en Bleu aux Jeux de Rio
Le meneur de jeu, Tony Parker, a fini sa carrière en équipe de France en quarts de finale du tournoi olympique contre l'Espagne | AFP - EMMANUEL DUNAND

Rio 2016: Tony Parker, le dernier combat sans arme

Publié le , modifié le

Pour son dernier match, Tony Parker n'a rien pu faire pour prolonger l'aventure olympique face à l'Espagne, victorieuse (92-67). Après 181 sélections et 2741 points inscrits sous le maillot bleu (dont 14 aujourd'hui, meilleur marqueur de l'équipe de France), le meneur de jeu met un terme sa carrière internationale, sans avoir pu décrocher la médaille olympique dont il rêvait.

Il a fini les deux dernières minutes du match sur sa chaise. Entre Nicolas Batum et Thomas Heurtel, il regarde en spectateur la victoire de l'Espagne, son adversaire de toujours en Bleu. "Si on n'avait pas eu cette équipe d'Espagne face à nous, on aurait eu plus de médailles", dira-t-il après la rencontre. A 34 ans, Tony Parker met fin à sa carrière internationale en équipe de France, débutée voici 16 ans, alors qu'il n'avait que 18 ans. Et cette ultime rencontre ne sera certainement pas celle qu'il gardera dans la case des bons souvenirs. Au sein d'une formation tricolore sans génie, sans rébellion, sans ressource, "TP" a coulé, comme les autres.

Au coup d'envoi, tête basse pendant les hymnes, le meneur de jeu des Spurs semblait très concentré. Une longue accolade avec Calderon lors de l'échange des fanions, une autre avec Llull juste avant le début du match, le N.9 est l'objet d'un traitement à part. Tous ces joueurs, il les connaît très bien. Ils savent tous qu'ils peuvent mettre un terme à la carrière internationale du recordman de matches aux championnats d'Europe. Il faut attendre 2'20 de jeu pour qu'il déclenche son premier tir, trop court. Moins d'une minute après, il connaît sa première réussite, qui permet à la France de mener (6-5). Quelques secondes après, il commet sa première faute, provoquant du coup une longue discussion avec l'arbitre. Cette scène se reproduira souvent durant la rencontre.

Meilleur marqueur de la France

Remplacé à moins de quatre minutes du terme du premier quart-temps, il ne reviendra sur le terrain qu'après deux minutes de jeu dans le deuxième. Il avait alors le regard noir, signe du mauvais moment passé par son équipe. A la mi-temps, le -13 (43-30) laissait encore de l'espoir, d'autant qu'il rappelait un retard similaire (34-20), qui date de l'Euro-2013 en Espagne, lorsque la France avait éliminé les Ibères (75-72). Revient dans l'esprit son discours à la mi-temps de ce match, diffusé plus tard à la télévision et qui avait marqué le début de la révolte des Bleus. Mais cette fois, rien. Pas de rébellion. L'écart grandit, la France n'existe presque pas. A 3'20 du terme de la rencontre, sur le coin droit, il dégaine son dernier shoot à trois points, qui trouve la cible (83-60). Ce sera son dernier geste pour ces Bleus à qui il a tant donné. Avec 14 points, il finit meilleur marqueur des Bleus. Très insuffisant pour le consoler.

Vidéo: "Je suis fier de notre génération"

L'ancien capitaine de l'équipe de France est le plus convoité, et le dernier à se présenter devant la presse: "On est tombé sur une grande Espagne. Ils ont tout mis", constatait-il. "Il n'y avait pas grand-chose à faire." Parler de lui, de sa fin de carrière, il ne veut pas: "On verra ça plus tard. On va digérer la défaite." Vincent Collet, le sélectionneur, lui rendait hommage: "Tony est le meilleur joueur français de l'histoire. Je regrette beaucoup que son dernier match soit comme ça. On peut perdre sans honte mais je regrette la manière. Mais on ne choisit pas. Ils ont été bons partout et on a perdu notre basket." Florent Piétrus, futur retraité de l'équipe de France, de toutes les aventures en Bleu avec TP glissait: "J'espère que vous avez bien profité de lui."

Dans les bras de son futur coéquipier, Pau Gasol

A Londres, voici quatre ans, l'équipe de France s'était inclinée au terme d'un match acharné en quarts de finale contre l'Espagne. Tony Parker disait alors: "J’ai toujours dit que Rio serait ma dernière compétition avec l’équipe de France, la dernière fois que vous me verrez avec le maillot bleu. J’espère y terminer en beauté." C'est plutôt une triste fin à laquelle il a eu droit. Quatre années sont passées. Cette même Espagne a mis fin à l'aventure du meilleur joueur français de l'histoire sans trembler. Entre les deux, il a néanmoins mené la France sur le toit de l'Europe en 2013, l'un de ses objectifs de carrière. Désormais, il ne jouera plus sous ce maillot. "J'ai passé presque tous mes étés avec l'équipe de France depuis 16 ans", rappelait-il. "Maintenant, ce seront des vacances." Teddy Riner, qui a gagné sa deuxième médaille d'or olympique et la troisième breloque aux JO de sa carrière, est là pour donner une grande accolade à son ami; "J’ai beaucoup de tristesse pour Tony, parce que c’est son dernier match. J’aurais voulu qu’il reparte avec une médaille, que l’équipe reparte avec une médaille. Je sais qu’il se retient, mais il est touché. C’est normal lorsque tu quittes l’équipe de France à qui tu as tout donné. C’est dur."

Pour l'instant, Tony Parker ne pense pas à occuper un rôle au sein des Bleus. Toute son attention sera désormais portée vers un nouveau titre avec San Antonio, club que rejoindra après les Jeux Pau Gasol, son vainqueur du jour. Les deux hommes se sont longuement étreints à l'issue du match. C'était leur dernier duel.

Vidéo: Tony Parker finit sa carrière en Bleu par une défaite

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze