Souleymane Cissokho
Souleymane Cissokho, l'un des héros de la boxe française à Rio. | Reuters

Rio 2016 -Souleymane Cissokho coupé net dans son élan

Publié le , modifié le

Mené en début de combat dans sa demi-finale contre Daniyar Yeleussinov, le redoutable gaucher kazakh, le boxeur de Bagnolet n'a pu défendre ses chances durant les trois rounds. Un coup de tête involontaire lors de la deuxième reprise a mis fin à l'aventure du Francilien, alors que son adversaire d'Astana était coupé au front. Et comme ce dernier menait aux points, la victoire lui a été attribuée. Frustrant !

Comme un goût d'inachevé. On dispute la deuxième reprise de ce combat des Welters, comptant pour les demi-finales des Moins des 69 kg, lorsqu'en plein assaut, les deux hommes se télescopent, tête contre tête. Résultat : une sérieuse coupure au front pour le Kazakh. Seulement, comme ce dernier mène aux points depuis le premier round, la victoire lui revient sur cette interruption du combat sur incident. Loin d'être ridicule, audacieux sur certaines phases offensives, "Souley" n'a pas pu aller jusqu'au bout de sa tactique et tenter d'inverser la tendance.

Aucun complexe

Contre un Yeleussinov expérimenté et suffisamment malin pour éviter les contres déstabilisants, le boxeur français n'a pourtant fait aucun complexe. D'emblée, il place une belle gauche, avant de se rebiffer en fin de première reprise après avoir essuyé quelques coups ciselés du Kazakh. Avec son art de se dégager, celui-ci a su dompter la fougue d'un Cissokho motivé comme jamais. Et puis, le coup du sort s'en est mêlé, coupant le ring sous le pied d'un Cissokho forcément frustré.

Le lot de consolation n'est pas négligeable : Souleymane Cissokho décroche la médaille de bronze, puisqu'aucun match de classement n'est prévu dans cette discipline aux Jeux Olympiques. Et la moisson se poursuit pour une boxe française en pleine euphorie.

Nicolas Gettliffe