La déception des Français
Le Roux, Ngapeth, Tillie, Grebennikov, Rouzier et le capitaine Toniutti (de gauche à droite) déçus | AFP - DPPI MEDIA - JULIEN CROSNIER

Rio 2016: Pourquoi les volleyeurs français ont raté leurs débuts aux JO

Publié le , modifié le

Quatre ans après avoir débuté sa "mission Rio", l'équipe de France de volley a totalement raté son premier match du tournoi olympique de Rio, face à l'Italie (défaite 3-0). Sans vigueur, sans révolte, les Bleus sont passés à côté de leur match. Arnaud Josserand, l'adjoint du sélectionneur Laurent Tillie, a livré son analyse, juste après avoir scruté le match entre le Brésil et le Mexique, futur adversaire de la Team Yavbou dans deux jours.

La défaite

Victorieuse de l'Italie (3-0) en Ligue mondiale en juin après avoir déjà dominé les Transalpins en septembre dernier, chez eux, lors de l'Euro, l'équipe de France n'a pas su rééditer sa performance. Arnaud Josserand explique pourquoi: « Les Italiens ont fait un gros match aujourd’hui. Ils nous ont mis une grosse pression au service, mais on s’y attendait. On n’a pas su mettre notre jeu en place comme on l’aurait souhaité. Il n’y a qu’à voir le début du premier set où on est mené 8-0. On a eu du mal à rentrer dans le match. Eux l'ont fait de façon plus agressive que nous. A chaque fois qu’ils faisaient un point, ils criaient, se retrouvaient… Nous, on avait de la peine à le faire. L’équipe avait du mal à enchaîner les points et à se satisfaire même d’un point de raccroc. Il faut savoir se satisfaire de tous les petits points. Si on avait gagné le 1er après avoir été menés 8-0, les Italiens auraient eu du mal. Ca n’est pas arrivé. »

Vidéo: La France s'écroule

L’analyse des maux français

Au Brésil depuis près d'une semaine, les Français ont peut-être été rattrapés par l'événement. « Je ne sais pas si c’est le poids de la compétition qui est arrivé d’un seul coup, brusquement", émet Josserand. « On avait prévenu les joueurs, mais c’est toujours facile de le dire. Une fois qu’on est sur le terrain, c’est autre chose. L’équipe semblait un peu apathique. Pourtant, à l’échauffement, je les trouvais mieux que les Italiens. Mais ceux-ci ont bien joué tactiquement, ils nous ont bien pris à la gorge, ont très bien servi. C’est dommage, mais c’est juste le premier match. »

Kevin Le Roux en défense face à l'attaque italienne
Kevin Le Roux en défense face à l'attaque italienne


Voici quatre ans, le jour du début des Jeux de Londres, Laurent Tillie avait réuni ses troupes, comme un symbole pour leur fixer clairement le cap de la qualification aux JO, ratée en 2012 comme avant en 2008. Victorieuse de la Ligue mondiale en 2015 puis de l'Euro, l'équipe de France avait pourtant dû en passer par deux Tournois de qualification (battue dans le premier en finale par la Russie en janvier, qualifiée début juin à Tokyo) pour voir Rio. « Le chemin pour cette équipe de France a été très long pour se qualifier. Peut-être que du coup les joueurs y étaient un peu moins aujourd’hui. Les joueurs sont allés à la cérémonie, ils en ont pris plein les mirettes. Ils réalisent vraiment ce que sont les Jeux. On a désormais un jour de repos mais après les matches vont s’enchaîner. Il nous faut vraiment une victoire contre le Mexique, avec un score le plus net possible, pour qu’on puisse enchaîner le lendemain avec le Canada. Aux Jeux, tout le monde veut la médaille. Notre poule est très compliquée : il ne faut pas faire de faux-pas. »

L’ambiance dans le vestiaire

« Il y avait un peu de crispation, de frustration, d’énervement aussi dans le vestiaire. Il y a ce sentiment d’être passé à côté de quelque chose car au 1er set on revient à 22-21. Le niveau individuel et collectif doit nous permettre d’enchaîner avec un gros match contre les Mexicains pour entrer pleinement dans la compétition. »

Le Mexique

Battu par le Brésil (3-1) après avoir fait douter le pays hôte durant tout le premier set, le Mexique sera le prochain adversaire des Tricolores. « J’ai vu une belle équipe du Mexique, notamment dans le premier set, très agressive, très engagée. Ils ont pris les Brésiliens à la gorge, et après ceux-ci ont mieux servi, mieux réceptionné. Ils ont trouvé leur niveau de jeu, tandis que les Mexicains ont eu moins de réussite. Ca a tourné dans le bon sens pour eux.

Un premier match, c’est toujours compliqué. Jusque-là, on les avait bien réussis, mais on avait plutôt affronté de petites équipes. Là, c’est un candidat à la médaille, comme nous. Mais ce sont les Jeux. Il va falloir se rattraper très vite. Il faut surtout qu’on s’attache à retrouver notre niveau. Cette équipe a une énorme force de caractère. Il va falloir le montrer sur le terrain. »