Anti dopage
. | FREDRIK VON ERICHSEN / DPA

Rio 2016 : plusieurs agences antidopages demandent l'exclusion complète de la Russie

Publié le , modifié le

Plusieurs agences antidopages ont préparé une demande d'exclusion complète de la Russie des Jeux olympiques de Rio. Cette requête fait suite à un rapport commandité par l'agence mondiale antidopage autour du dopage d'Etat des sportifs russes. Les révélations initialement centrées sur les Jeux olympiques d'hiver de Sotchi en 2014 et sur l'athlétisme, concerneraient

Et si l'athlétisme n'était que l'arbre cachant la forêt du sport russe ? Un nouveau rapport de l'agence mondiale antidopage, dirigé par le Canadien Richard McLaren, met en lumière des pratiques de dopage organisées par l'Etat russe dépassant les deux principales cibles jusque-là : les Jeux olympiques d'hiver de Sotchi de 2014 et l'athlétisme russe. De nombreux championnats du monde tenus en Russie, dans différents sports, seraient concernés. En réaction, plusieurs agences antidopages, dont celles des Etats-Unis, de l'Allemagne, du Japon et du Canada, ainsi que plusieurs groupes d'athlètes représentant des participants aux Jeux olympiques, ont demandé aux comité olympique de bannir entièrement la Russie des Jeux de Rio. Le fédération internationale d'athlétisme avait déjà exclu les concurrents russes des épreuves d'athlétisme suite aux révélations de l'athlète Yulia Stepanova sur le dopage d'Etat en Russie. 

Les aveux de Rodchenkov

La commission d'enquête commanditée par l'AMA part des allégations de Grigory Rodchenkov au New York Times en mai. L'ancien directeur du laboratoire antidopage russe a luis mis en un système organisé par l'Etat russe pour protéger ses athlètes de tout contrôle positif, notamment en parvenant à altérer des échantillons réputés inviolables. Des allégations contestées par le gouvernement russe. Le rapport, qui devrait être rendu publique dans la matinée à Toronto, confirme les dires du Dr Rodchenkov et étend ce système d'état au-delà des sports d'hiver et de l'athlétisme russe. Paul Melia, chef de l'antidopage au Canada soutenu par plus d'une dizaine d'agences antidopages, a préparé une demande d'exclusion complète de la Russie adressée à Thomas Bach, dirigeant du comité international olympique : "Si McLaren produit des preuves claires, convaincantes et irréfutables d'un dopage systémique mis en place par l'Etat Russe, la sanction approprié du comité olympique serait une exclusion complète des athlètes russes des Jeux de Rio" a-t-il expliqué. 

Hugo Monier @hgo_mon