Rio 2016 - Pentathlon (F) : Élodie Clouvel en argent !

Rio 2016 - Pentathlon (F) : Élodie Clouvel en argent !

Publié le , modifié le

La 36e médaille de la délégation française est en argent ! Élodie Clouvel a en effet terminé deuxième du pentathlon moderne, à l'issue d'une journée quasi-parfaite pour la vice-championne du monde en titre de la discipline, tout juste gachée par un tir défaillant lors de la toute derrnière épreuve. À 27 ans, elle est seulement devancée par l'Australienne Chloe Esposito (13:11.06 contre 12:55.19), pourtant partie 33 secondes après elle. La Polonaise Oktawia Nowacka, en tête avant la course/tir termine sur la troisième marche du podium.

Clouvel avait bien lancé son pentathlon jeudi en prenant la septième place de l'escrime. Elle a confirmé vendredi en natation (2e), sa spécialité, et surtout en équitation (11e). Sur un parcours de saut d'obstacles qui a fait beaucoup de dégâts, sous le soleil de Deodoro, la Française n'a renversé qu'une barre.

Partie en deuxième position avec douze secondes de retard sur Nowacka pour la dernière épreuve associant course à pied et tir, elle a rencontré quelques difficultés sur le pas de tir, qui ont permis à Esposito, impériale derrière son pistolet laser de franchir la première la ligne d'arrivée. En fin d'après-midi, le saut d'obstacles avait fait s'envoler les derniers espoirs des deux dernières championnes olympiques, la Lituanienne Laura Asadauskaite (2012) et l'Allemande Lena Schoneborn (2008) : elles n'avaient marqué aucun point après quatre refus opposés par leurs chevaux. Pour ses premiers jeux Olympiques il y a quatre ans, Clouvel ne s'était classée que 31e.

"J'ai tout donné"

"C'est énorme, incroyable, je visais l'or quand je suis partie mais voilà, souriait la désormais vice-championne olympique au pied du podium. J'ai tout donné aujourd'hui. C'est énorme pour mon sport, j'espère que grâce à ça il va obtenir plus de reconnaissance. Je n''ai pas fait le pentathlon parfait mais ça n'est pas grave. Je perds l'or au tir, j'ai eu un manque de lucidité au deuxième tir. Mais je n'ai aucun regret, j'ai tout donné."

Le sport dans les gènes

Née d'une mère championne de France du 10000m, du semi-marathon et du marathon dans les années 90 et d'un père lui aussi auréolé d'un titre national du 5000m, Élodie Clouvel était un espoir de la natation dans sa jeunesse, entraînée par Philippe Lucas du côté de Narbonne. En 2008, elle rate la qualification pour Pékin et se dirige alors vers le pentathlon, dans le sillage d'Amélie Cazé, trois fois championne du monde.

35 heures par semaine, elle jongle entre les différentes disciplines, "trois à quatre dans la journée". Pour optimiser sa préparation pour Rio, elle s'est installée à l'INSEP, où elle s'entraîne aux côtés de son compagnon Valentin Belaud, numéro 1 mondial de... pentathlon, qui tentera au moins de l'imiter samedi. Afin de perpétuer la famille de champions ?

AFP