Rio 2016 - Les Experts font taire le Brésil

Rio 2016 - Les Experts font taire le Brésil

Publié le , modifié le

L'équipe de France s'est qualifiée pour les demi-finales du tournoi olympique de handball en battant le Brésil 34-27. Les Experts, doubles tenants du titre, ont attendu la mi-temps avant de prendre le dessus sur des Brésiliens talentueux et accrocheurs. La puissance de feu des Français a fait la différence, notamment Narcisse (7 buts), Sorhaindo (6) et Guigou (8). La France jouera sa place en finale face à l'Allemagne, vainqueur du Qatar 34-22.

Après un premier tour quasi sans faute (une défaite contre la Croatie), c’est un nouveau tournoi qui attendait l’équipe de France à partir des quarts de finale. L’or n’est qu’à trois matches mais il n’y a plus aucun droit à l’erreur. Surtout, il n’y pas plus aucun match facile. Opposés au Brésil, les Experts n’avaient pas un nom clinquant mais une équipe accrocheuse et prête à mourir pour atteindre le dernier carré.

VIDEO : Le Kung Fu de Guigou

Malgré un début idéal dans le sillage de Mickaël Guigou et ses quatre buts (5-2, 6e), les Bleus peinaient à freiner les Brésiliens, surtout dans leur relation avec le pivot Alexandro Pozzer qui mitraillait Thierry Omeyer (8 buts). Claude Onesta avait du travail pour réorganiser une défense bien trop lâche. Le Brésil en profitait habilement pour passer brièvement aux commandes du match (6-7, 9e). A chaque fois le même scénario, les Bleus se détachaient mais sans enfoncer le clou. A la pause, tout restait à faire (16-16).

VIDEO : Le show Karabatic

Heureusement, le travail de sape de la France finissait par payer après quarante minutes. Le Brésil perdait de plus en plus de ballons et la patience offensive des Experts climatisait enfin la bouillante Future Arena (28-23, 19e). Au relais de Thierry Omeyer, Vincent Gérard sortait le grand jeu dans ses buts pendant que Daniel Narcisse faisait le show (7/9 aux tirs) avec Guigou (8/11) et Sorhaindo (6/7). Le score ne dégonflait pas, bien au contraire, et les Bleus passaient une fin de match tranquille pour s’imposer 34-27.

Réac​tions

Nikola Karabatic, demi-centre de l'équipe de France: "Cela nous réussit plutôt de jouer les pays hôtes. On s'attendait à un match difficile avec une grosse atmosphère. On a dû rester calmes et ne pas s'affoler, nous reprendre en deuxième mi-temps en défense. C'est une bonne équipe qu'il fallait respecter. A 16-16 à la mi-temps contre le Brésil, chez lui, ce n'était pas forcément bien engagé. Mais on a resserré un peu derrière, on ne s'est pas affolé. Cela nous a permis de récupérer des ballons, de creuser l'écart. A partir de là, ils étaient cuits physiquement."

Valentin Porte, arrière droit de la France: "C'est une nouvelle fois un pays hôte à notre tableau de chasse. On aime se nourrir de ces ambiances-là. Cela nous permet de performer un peu plus, même si c'était très compliqué en première mi-temps. On n' était pas très sereins. Tout le monde avait fait des petites erreurs. Ils étaient remontés et leur public était là. Ce n'était pas catastrophique non plus. On était à égalité et on savait que cela allait tourner. En deuxième mi-temps, ils ont craqué physiquement et on a su s'imposer avec l'expérience. Ils ont été moins bons en défense. Elle leur demandait beaucoup d'énergie. Ils étaient moins précis et nous, nous avons continué à pousser les ballons. On a creusé l'écart comme ça. C'est un soulagement."

Luka Karabatic, pivot de l'équipe de France: "Ils ont réussi tout ce qu'ils voulaient en première mi-temps avec un peu de réussite. Il y avait beaucoup de bruit et on ne s'entendait pas parler. Cela rendait les choses plus compliquées pour communiquer. Cela nous a été préjudiciable pour le marquage du pivot. On savait qu'ils avaient des shooteurs dangereux de loin et on n'avait pas envie de leur laisser trop d'espace. Mais en deuxième mi-temps, on les a fait craquer physiquement. On a continué à se battre en défense et à les faire reculer. C'était vraiment un match piège. On est contents d'avoir su rectifier."

Xavier Richard @littletwitman