Neymar, Brésil
Neymar sous le maillot brésilien | Odd Andersen / AFP

Rio 2016 - Le récap' de la 15e journée : La Seleçao dorée, l'argent pour les Françaises au hand

Publié le , modifié le

Nouvelle journée forte aujourd'hui à Rio, entre l'or de la Seleçao de Neymar, la finale du tournoi olympique du handball féminin, la 6e médaille d'or de l'Américaine Allyson Felix, le doublé 5000-10 000m du fondeur anglais Mo Farah, comme quatre ans plus tôt à Londres. Avec trois médailles d'argent aujourd'hui, et en attendant demain de connaître le métal pour les handballeurs et le boxeur Tony Yoka, la délégation tricolore (40 médailles) a déjà dépassé son record de médailles, établi à Pékin en 2008 (41).

Boxe : Adieux en argent pour Sarah Ourahmoune

A 34 ans, Sarah Ourahmoune n’avait jamais été médaillée olympique. Pour son tout dernier combat, elle espérait forcément le plus beau des épilogues. Cette couronne dans la catégorie des poids mouches (48-51kg), la Britannique Nicola Adams le désirait tout autant qu’elle, surtout qu'elle en était la tenante du titre, après l'or chez elle à Londres en 2012. C’est elle qui a démarré le mieux le combat en s’appropriant les deux premières reprises. La Française a tout tenté pour la désarçonner mais Adams était trop solide. Après la médaille d’or d’Estelle Mossely hier, notre boxe féminine boucle ces Jeux sur une belle note. Et on peut même espérer une apothéose avec la finale des lourds, et Tony Yoka qui affronte un autre Britannique Joseph Joyce.

Handball : Les Bleues reviennent de loin

Pour leur première finale olympique, les filles d'Olivier Krumbholz ne ramèneront pas l'or. Tombées sur une équipe russe bien organisée et réaliste qui a éteint les Françaises et notamment le duo Pineau-Lacrabère, flamboyant en demi-finale. Les Bleues, 3 buts de retard à la pause (7-10), ont rattrapé leur retard à un quart d’heure du terme (14-14). Comme Amandine Leynaud en première, Laura Glauser a réalisé une somptueuse seconde période.

Mais ni le talent des deux gardiennes, ni celui de Siraba Dembélé et ses 5 buts n’empêcheront les Russes de l’emporter (22-19). L’équipe de France peut être fière de son parcours, elle qui naviguait en eaux troubles au début de l'année, avant le retour de son éternel taulier, Olivier Krumbholz.

Football : Le Brésil et Neymar, enfin en or

Au bout du suspense et des tirs aux buts (1-1, puis 5-4 aux t.a.b), le Brésil a remporté au Maracana le tournoi olympique masculin. Une première pour les jeunes Auriverdes, jusque-là pensionnaires au mieux de l'école du micro d'argent, après des finales perdues lors des JO 1984, 1988 et 2012. A Rio, chez elle, la bande à Neymar, buteur décisif, a écrit son histoire, et elle est enfin en or.

Plongeon : Auffret de Chen

Le Parisien de 21 ans participait à ses premiers JO, Benjamin Auffret n'a pas été loin de devenir le premier Français médaillé en plongeon depuis 64 ans. Lui qui avait vu sa préparation tronquée, la faute à des blessures, termine 4è de l'épreuve de plongeon haut vol à 10 m. Sur son ultime essai, il prenait la 3è place du concours mais le Chinois Aisen Chen, dernier concurrent, a arraché le titre olympique sur son dernier plongeon et éjecté Auffret du podium. Sur lequel sont montés le Mexicain German Sanchez et l'Américain David Boudia

Athlétisme : Farah, Semenya et les relais américains : les favoris ont répondu présent

Mo Farah a encore fait étalage de toute sa classe pour signer, après sa victoire sur 10.000 mètres, un nouveau succès sur 5000m. Un doublé qui succède à un autre, intervenu quatre ans plus tôt à Londres. Farah, 33 ans, a évité l'embouteillage en se dégageant à l'amorce du dernier tour, qu'il a bouclé en 52'23, pour franchir la ligne avec un chrono de 13'03''30. Le charisme et le finish, Farah est bien le Bolt du demi-fond. Sur le double tour de piste, pas de surprise non plus avec le sacre annoncé, et confirmé, de Caster Semenya. La Sud-Africaine au taux de testostérone qui a longtemps alimenté la polémique a contrôlé la course en plaçant une accélération décisive lors des 200 derniers mètres.

Dans une soirée placée sous le signe de la logique respectée (les relais américains masculins et féminins l'ont tous les deux emporté sur 4x400m), c'est du côté du 1500 mètres qu'il fallait se tourner pour voir un outsider s'imposer. L'Américain Matthew Centrowitz a couru plus intelligemment que les deux grands favoris, l'Algérien Taoufik Makhloufi (2e) et le Kényan Asbel Kiprop (6e). Enfin, coup de chapeau à la vétérante Ruth Beitia, 37 ans, qui s'est adjugée le concours de la hauteur tout en devenant la première Espagnole médaillée d'or en athlétisme aux JO.

Ioris Queyroi