Uchimura
Uchimura en or | Thomas COEX / AFP

Rio 2016 - Gymnastique : Uchimura reste le maître

Publié le , modifié le

Le Japonais Kohei Uchimura a conservé son titre olympique au concours général en devançant d'un souffle l'Ukrainien Oleg Verniaiev. Le Britannique Max Whitlock finit troisième. Le Français Axel Augis termine à la 21e place.

Déjà sacré en 2012 à Londres, "King Kohei" est le premier gymnaste à conserver son titre depuis son compatriote Sawao Kato (1968 et 1972). Il s'agit aussi de la septième médaille olympique pour Uchimura, la troisième en or, après celle décrochée par équipes lundi, et avant de participer à la finale du sol. Si "King Kohei" est encore à bonne distance de Kato et de son record de neuf médailles d'or olympiques, il s'inscrit néanmoins dans sa lignée en étant le quatrième homme à conserver son titre dans le concours général olympique, après l'Italien Alberto Braglia (1908, 1912), le Soviétique Viktor Chukarin (1952, 1956) et donc Kato (1968, 1972). Après la victoire par équipes qui avait détrôné la Chine, Uchimura avait déjà mis les prochains Jeux dans son viseur: à Tokyo-2020, il y aura l'idée d'un parachèvement. Car mercredi, il a gagné son huitième concours général d'affilée, Jeux et Mondiaux confondus, après une percée au haut niveau aux JO-2008 de Pékin (argent au concours général): comment dit-on hégémonie en japonais? Mais ce fut sans aucun doute le plus ardu à conquérir. Tout s'est joué sur le dernier agrès.

0,099 point 

Verniaiev, qui menait la danse depuis la troisième rotation, venait de creuser l'écart dans sa spécialité, les barres parallèles, en signant un 16,1, avant le 15,6 d'Uchimura. Ca sentait le roussi pour le Japonais de 27 ans, le flambeau était prêt à changer de mains, et l'Ukrainien aux 22 printemps voyait poindre son avènement, tandis que le Britannique Max Whitlock finissait en bronze. A la barre fixe de trancher. Et le "roi" sort le grand jeu: une routine de haute volée, pleine de risques et parfaitement réalisée, déclenchant les vivats du public. Note: 15,8. Au tour de Verniaiev de s'élancer. Le public fait silence, le souffle coupé par le suspense dans ce choc de titans. L'Ukrainien, qui a besoin d'un 14,899 pour procéder à son coup d'Etat gymnique, choisi la sécurité, sans aucun salto. Sa réception est parfaite, il se voit en "Roi Oleg". Le verdit tombe: 14,8. Il lui aura manqué 0,099 point. Il n'en croit pas ses yeux, incrédule, préfère en sourire, jaune. Les deux gymnastes ceints de leurs drapeaux nationaux tombent dans les bras l'un de l'autre.

Uchimura sacré : 

Verniaiev avait tout pour y croire. Premier des qualifications samedi, il s'était préservé lundi en ne participant qu'à deux agrès, afin de garder un surplus d'énergie. L'Ukrainien n'est jamais passé sous la barre du 15, sauf, justement, à la barre fixe. Il a poussé le "roi" dans ses retranchements sans oser aller au bout de sa révolution. Et Uchimura reste "King Kohei". L'unique Français engagé, Axel Augis, a fini 21e et avant-dernier des gymnastes qui ont disputé tous les agrès, en raison notamment d'un chute à la barre fixe et de nombreuses réceptions mal assurées. La présence en finale était déjà un succès pour lui.

Le parcours d'Axel Augis

francetv sport @francetvsport