Simone Biles
Simone Biles a illuminé le Stade Olympique de Rio dimanche | EMMANUEL DUNAND / AFP

Rio 2016 : Gym Dames - Simone Biles, déjà un chef d'oeuvre

Publié le , modifié le

L'éclosion olympique se précise : Simone Biles a confirmé son statut de grandissime favorite dans la gymnastique artistique féminine en surclassant les qualifications dimanche à Rio, au sein d'une équipe américaine qui a pris date pour les finales de mardi.

Simone Biles, 19 ans et qui détient déjà le record de médailles aux Mondiaux (10), est venue chercher la consécration olympique à ses premiers Jeux. Et ce pourrait bien être une mémorable razzia. Car elle a mis cinq médailles d'or dans son viseur en prenant la tête des concours par équipes et général, et de trois agrès sur quatre : le saut (avec un exceptionnel 16,05), le sol (15,733) et la poutre (15,633). Seule la finale des barres asymétriques (15) lui échappera, mais pas à sa coéquipière Madison Kocian qui y a excellé (15,866).

Au concours général, c'est leur compatriote Alexandra Raisman qui accompagnera Biles car elle a devancé Gabrielle Douglas, qui abandonnera donc son titre acquis aux JO de Londres. Lot de consolation pour "Gabby", la finale des barres asymétriques.

La prestation de Simone Biles au sol

Chine et Russie derrière 

Derrière les Etats-Unis, loin derrière (à dix points !), on retrouve la Chine, qui avait terminé au pied du podium à Londres, brutalement redescendue de son nuage pékinois doré de 2008. La Russie emmenée par Seda Tutkhalian et Aliya Mustafina complètent ce podium des qualifications, à un souffle de la Grande-Bretagne. Puis vient le Brésil: comme pour les messieurs la veille, le public a vibré pour les Brésiliennes, notamment Flavia Saraiva, la petite (1,33 mètre) star qualifiée au concours général et à la poutre. Rebeca Andrade s'est posté derrière le trio de tête américain au concours général. Autres nations qualifiées: l'Allemagne, le Japon et les Pays-Bas. Au rayon vintage, la vétéran du plateau, l'Ouzbèke Oksana Chusovitina, s'est qualifiée à la finale du saut, pour ses septièmes Jeux et à 41 ans. Elle était championne olympique par équipes en 1992 avant même que Biles ne naisse. 

Au rayon cruel, il y eut Ana Derek : à l'épreuve du saut, la Croate a raté son impulsion mais est passé au-dessus de l'agrès, et a donc récolté un zéro synonyme d'élimination du concours général. D'autant plus cruel pour la gymnaste de 17 ans, en pleurs, que c'était son premier agrès... Au rayon fraîcheur enfin, Houry Gebeshian, première Arménienne à disputer le tournoi olympique, est allée embrasser chacun des agrès à l'issue de ses rotations, en expliquant: "Je voulais tout simplement remercier le sport".


 

AFP