Dzsenifer Marozsan
L'attaquant allemande Dzsenifer Marozsan | SOEREN STACHE / DPA

Rio 2016 - Football : les Allemandes au sommet de l'Olympe

Publié le , modifié le

L'Allemagne a remporté le tournoi olympique féminin de football en s'imposant en finale contre la Suède (2-1).

Les Allemandes tiennent enfin leur sacre olympique ! Elles ont dominé la Suède, tombeuses des Etats-Unis et du Brésil, pour s'imposer 2-1. Premier titre olympique de l'histoire du football allemand après les trois médailles de bronze en 2000, 2004 et 2008. Dzsenifer Marozsan a ouvert le score (48e) avant un but contre son camp de la Suédoise Linda Sembrant (62e). Les Scandivanes ont réduit l'écart quelques minutes plus tard, grâce à Stina Blackstenius (67e) mais ne sont pas parvenues à amener les Allemandes en prolongation. 

 

Un boulet de canon et un but gag 

Après une première mi-temps tendue mais animée entre les deux équipes, qui disputaient leur première finale olympique, l'Allemagne a pris l'avantage dès le début de la seconde période. L'attaquante Dzsenifer Marozsan a envoyé un missile téléguidé dans la lucarne d'Hedvig Lindahl (47e). Vingt minutes plus tard, les Suédoises ont enfoncé un clou dans leur propre cercueil footballistique. Après un coup franc allemand renvoyé par la transversale, la défenseuse Linda Sembrant, pourtant complètement seule, a envoyé sa reprise dans ses propres seules. 2-0, les Suédoises sont sonnés mais pas couchées. Stina Blackstenius a mené la révolte en taclant au fond des filets un centre d'Olivia Schough. Un réveil trop tardif pour empêcher le sacre allemand. 

Aux hommes de suivre l'exemple 

Les femmes sacrées, l'Allemagne a la possibilité de réussir un doublé historique dans le football olympique. Les hommes seront opposés au Brésil dans la finale prévue samedi soir. Ce ne serait pas une première pour eux, déjà sacrés en 1976 longtemps avant la réunification. Portés par le joueur d'Arsenal Serge Gnabry, le meneur de Schalke Max Meyer et les frères Bender (Lars de Leverkusen et Sven de Dortmund), à eux de suivre l'exemple de leurs homologues féminines.