France Canada
La France s'incline face au Canada | Miguel SCHINCARIOL / AFP

Rio 2016 - Football (F) : La France s'incline face au Canada (0-1)

Publié le , modifié le

Définitivement, le Canada se pose comme la bête noire de l'équipe de France. 4 ans après avoir privé les Bleues du podium à Londres, les Nord Américaines empêchent cette fois les coéquipières de Wendy Renard de caresser l'espoir d'une médaille. Ces dernières n'ont jamais été en mesure d'accélérer et sont tombées sur plus réalistes qu'eux. C'est Sophie Schmidt qui a propulsé les siennes dans le dernier carré.

Un pénalty oublié

A la 10ème minute, Le Sommer aurait dû bénéficier d’un pénalty. Bien servi au cœur de la surface par Jessica Houara, elle est déséquilibrée par Kadeisha Buchanan. Mais l’arbitre reste de marbre. Ce fait de jeu aura eu le mérite de réveiller les joueuses de Philippe Bergeroo qui ont eu la maîtrise du ballon par la suite. Puis les débats se sont rééquilibrés mais aucune des deux équipes ne s’est procurée la moindre occasion. Sauf qu’après 2 minutes de temps additionnel, on a bien cru à l’ouverture du score de Wendy Renard. Mais la tête décroisée de la Lyonnaise suite à un corner a frôlé le montant de Stephanie Labbe. Autre fait marquant de cette première période, la blessure à l’épaule de la canadienne Allysha Chapman suite à un choc avec Camille Abily qui cèdera sa placez à Josee Belanger. 

Des Canadiennes réalistes et une gardienne infranchissable


La seconde période semblait repartir sur le même rythme. Mais 10 minutes après la reprise, Janine Beckie s’est amusée sur le côté gauche de la défense tricolore avant de trouver Sophie Schmidt qui au second poteau bat Bouhaddi à bout portant.

La France ne tarde pas à réagir et aurait pu profiter d'un coup de pouce de leurs adversaires. La capitaine canadienne Sinclair a bien failli tromper de la tête sa propre gardienne mais la transversale en a décidé. S'en suit une domination stérile des Bleues qui ont été incapables de mettre du rythme dans cette partie. Leur salut ne pouvait venir que des coups de pieds arrêtées mais Stéphanie Labbe a repoussé tous les centres, qui plus est au poing. Peu académique mais terriblement efficace. On a le sentiment que les Bleues auraient pu jouer toute la nuit et ne pas trouver la faille. Cette élimination en quart de finale sonne comme une terrible désillusion qui mettra du temps à être digérée. 

Florian Giraud @Flogiraud13