Neymar Brésil
Neymar rend hommage à Usain Bolt pour fêter son but face à l'Allemagne | Sebastian Kahnert / DPA

Rio 2016 - Football : Du baume en or sur une blessure

Publié le , modifié le

Au bout du suspense et des tirs aux buts, le Brésil s'est imposé au Maracana et remporte pour la première fois le tournoi olympique masculin. Le Brésil et l'Allemagne étaient à égalité à l'issue de la prolongation (1-1 a.p.) : Neymar avait ouvert le score sur coup franc (27e) et l'autre capitaine, le milieu allemand Max Meyer, avait égalisé (59e). Le capitaine auriverde et attaquant du FC Barcelone a inscrit le penalty décisif. Le Brésil succède au palmarès au Mexique qui l'avait battu en finale à Londres 2012.

Lui n'avait pas vécu le traumatisme de la dernière Coupe du monde, le fameux 7-1 infligé par Joachim Low et ses disciples un soir de demi-finale. Mais aux JO de Rio, Neymar, n°10 dans le dos et brassard au biceps, n'était pas blessé, par contre il avait dans ses godasses à crampons les espoirs de tout un pays qui aime à voir son sport-roi tout en haut de l'affiche. Et non, dans la page nécrologie, comme en juin 2014. Neymar, gamin de 24 ans, avait une sacrée pression et il avait accepté de l'endosser, lui qui avait insisté auprès de son club employeur pour disputer ces 31e Jeux Olympiques. La pression, le capitaine de cette sélection olympique auriverde, ça n'a pas l'air de lui faire zozoter son football. Faut dire que l'attaquant du FC Barcelone a été décisif ce soir : pendant le temps réglementaire, puis au bout de la séance des tirs aux buts. Un coup franc millimétré (27e), et le penalty décisif, le cinquième. Celui du héros. Le stade du Maracana et tout le Brésil ont explosé. Et Neymar a pleuré.

Honneur retrouvé

Une joie olympique que ce pays n'avait jamais connue, d'ailleurs tout comme son adversaire allemand. C'est surprenant mais les deux nations les plus médaillées en Coupe du monde, n'avaient jamais remporté les Jeux. Les Brésiliens cumulaient trois finales perdues : à Los Angeles en 1984 face à la France (2- 0), Séoul en 1988 face à l’URSS (1-2) malgré quelques cracks dont Romario qui brilleront lors de la Coupe du monde 1994, et enfin Londres en 2012 face au Mexique (1-2). Avec déjà, Neymar. Quoi de mieux que l'Allemagne pour laver et faire briller à l'or la déculottée de la demi-finale du Mondial 2014 ? Surtout que l’équipe féminine avait chuté face au Canada (1-2), lors du match pour la médaille de bronze.

En tout cas, 200 millions de Brésiliens ne parlaient que de ça, et le Maracana avait entonné dès la demi-finale survolée face au Honduras (6-0) le chant "L'Allemagne peut attendre, son heure va arriver !", répété avant cette finale. Pour les Brésiliens, cette finale vivante et réussie tant sur le résultat final que sur la forme footballistique, avec du jeu, des attaques placées, des dribbles à highlights, est un baume pour les supporteurs de la Seleçao. Ils ont eu le brin de chance qui sourit aux audacieux car les Allemands à deux reprises ont eu la barre maudite - frappe enroulée de Julian Brandt (11e) et tête de Sven Bender (35e).
Cet or apaise au bout de deux ans de fiascos sportifs (Copas America 2015 et 2016, qualifications pénibles en vue du Mondial 2018), dans un climat vicié par les forts soupçons de corruption sur les pontes de la fédération et son président lui-même, Marco Polo Del Nero, ce "le Marco Polo qui ne voyage pas" par peur d'être extradé aux Etats-Unis.

Les 3 moments forts en vidéos

1. Le superbe coup franc de Neymar qui donne l'avantrage au Brésil

2. L'égalisation pour l'Allemagne de Maximilien Meyer 

3. Neymar offre son premier titre olympique au Brésil

Ioris Queyroi