Erwan Le Pechoux, le fleurettiste français
Erwan Le Pechoux, le fleurettiste français | AFP - KIRILL KUDRYAVTSEV

Rio 2016 : Erwan Le Pechoux : "champion olympique, ça aurait de la gueule..."

Publié le , modifié le

Les fleurettistes tricolores, Jérémy Cadot, Enzo Lefort et Erwan Le Pechoux, ont réalisé un superbe exploit en demi-finale en dominant l'Italie (45-30). Ce dernier voulait savourer ce moment avant de se plonger dans la finale contre la Russie prévue à 23h30 (heure française).

Quel est votre sentiment après cette qualification en finale olympique en battant la grande équipe d’Italie ?
Erwan Le Pechoux
 : C’est incroyable ! Les deux dernières fois qu’on les a affrontés, on avait pris l’eau sur les trois premiers relais. On était resté derrière et on avait perdu. Aujourd'hui (vendredi, ndlr), on n’a pas super bien commencé et puis il y a eu les relais complètement incroyables de Jérémy et Enzo. On y a tous cru et on est remonté. On n’arrive pas à se rendre compte de la beauté de cette victoire. L’Italie, c’est la meilleure équipe du monde. On a montré qu’on était largement aussi fort qu’eux, voire plus fort. C’est incroyable. On y croyait mais les battre de cette manière, c’est fort.

Lire aussi : Les Bleus en finale du fleuret par équipes

Maintenant vous allez affronter la Russie pour l’or, une équipe que vous connaissez...
E L P
: On les a déjà pris de nombreuses fois. C’est toujours serré. Cela ne me dérange pas. Si on tire comme on vient de tirer lors de cette demi-finale... Si on met le même engagement, le même investissement et la même rigueur sur les déplacements, la même agressivité sur les touches, il y a quelque chose de beau à aller chercher.

C’est une revanche pour le fleuret cette médaille assurée?
E L P
: Non, ce n’est pas une revanche, mais on a montré qu’on pouvait être fort. On s’est entrainé dur, on n’a pas toujours été sympa avec nous. On avait raté Pékin, après il y a eu le fiasco de Londres où des problèmes extrasportifs ont provoqué notre défaite… Je ne veux pas revenir sur le passé. On est ici pour chercher une médaille, la plus belle possible. On ne pense pas à ce qu’on a fait avant, on reste focalisé sur notre compétition.

Un titre olympique changerait votre vie...
E L P
: Notre vie sportive oui, peut-être, mais il y a autre chose à côté. Avoir une médaille déjà, ça la fait changer. Là, on va surtout savourer parce que c’est beau ce qu’on vient de réaliser. On va faire baisser l’énergie et la concentration avant cette finale. Puis on va s’y remettre. En plus, les Russes ont les connaît par cœur. Pas besoin de les observer. On sait ce qu’on a à faire. On va essayer d’aller chercher ce titre. ‘Champion olympique’, ça aurait de la gueule.

Benoit Jourdain @BenJourd1