RIO 2016
Le drapeau olympique à Rio Janeiro devant le Corcovado | J.P ENGELBRECHT / RIO DE JANEIRO GOVERNOR OFFICE / AFP

RIO 2016 : Des Jeux Olympiques qui n'ont pas évité les couacs

Publié le , modifié le

Si le président du CIO Thomas Bach dresse un bilan très positif de ces Jeux, les qualifiants "d'emblématiques" et d'extraordinaires", on ne peut s'empêcher d'être un peu plus mesuré. Corruption, désorganisation, dopage, insécurité, on fait le bilan des couacs des Jeux Olympiques de Rio.

Corruption :

C'est peut-être le plus gros scandale de ces Jeux, puisqu'il touche le CIO en son cœur. Le chef des Comités olympiques européens, l'Irlandais Patrick Joseph Hickey arrêté par la police brésilienne, ferait partie d'un réseau de vente illégal de billets . Poussé à la démission, Hickey est soupçonné d'avoir revendu des billets des événements olympiques à des prix plus élevés. Selon l'enquête le coût des tickets de la cérémonie d'ouverture avaient atteint les 8000 dollars soit 7200 euros. Le prix initial pour la cérémonie était fixé à 1300 dollars (1200 euros).

L'affaire fait tâche, mais en conférence de presse, le président du CIO Thomas Bach a tenu à calmer le jeu «Il a droit à la présomption d’innocence, il n’a toujours pas rencontré un juge. Attendons avant de porter un jugement». 

Côté sport, la boxe n'a une nouvelle fois pas été épargnée par les scandales. L'Irlandais Michael Conlan en a fait les frais en quart de finale et n'est pas prêt de revenir dans un tournoi olympique. L'actuel champion du monde de sa catégorie a crié à l'injustice après avoir été donné perdant aux points face au Russe Vladimir Nikitin. Après avoir fait un doigt d'honneur aux juges il a déclaré aux micros «Ce sont des tricheurs» «Et tout le monde le sait. La boxe amateur est dégoûtante de A à Z»

Lors de la finale des poids lourds (-91kg) c'est la victoire d'un autre russe Evgeny Tishchenko, qui a fait polémique. Sous une nouvelle bronca du public , le malheureux kazakh Vassiliy Levit qui avait pourtant pris l'ascendant sur ce combat, a du se contenter de la médaille d'argent...

Désorganisation : 

Sièges vides, erreurs d'affichages, bénévoles absents, piscine qui change de couleur, on se souviendra longtemps de l'organisation des Jeux de Rio, et sûrement pas pour de bonnes raisons. 

Des tribunes à moitié vides en rugby à 7, en canoë-kayak ou plus surprenant en athlétisme, ces images ont du faire pâlir les organisateurs de l'événement. Pourtant si on en croit Donovan Ferretti, le responsable des ventes du Comité Rio-2016, 84 % des billets ont été vendus avant la compétition...

Des stades qui sonnent creux et des bénévoles qui fuient Rio. En effet, certains officiels ont avoué qu'environ 30% d'entre eux ont claqué la porte, en raison des conditions de travail difficiles. Luis Moreira, lui-même bénévole, s'est exprimé sur CBC, une chaine canadienne : "Beaucoup de personnes ont tout arrêté faute de nourriture. Ils devaient travailler huit ou neuf heures de suite, avec seulement un petit truc à grignoter. Je ne crois pas que le comité d'organisation a beaucoup de considération pour le bien-être des bénévoles. [...] Il nous utilise comme de la main-d'oeuvre gratuite pour faire de l'argent."

Enfin, comment ne pas parler de l'image qui a fait le tour du monde. En l'espace de 24h, l'eau de la piscine du plongeon olympique a viré au vert. Si pendant plusieurs jour le mystère était entier, dans le New York Times, les responsables des JO ont finalement livré une explication "Quelqu'un, a fait une erreur et a ajouté 160 litres de peroxyde d'hydrogène le 5 août, ce qui a eu pour effet de neutraliser le chlore et de permettre la prolifération de "composés organiques", qui peuvent avoir inclus des algues."

La piscine verte du plongeoir olympique
La piscine verte du plongeoir olympique

Dopage : 

La liste des dopés ne cesse de s'allonger. A l'heure actuelle, pas moins de 12 athlètes de ces Jeux de Rio ont été contrôlés positifs. Les cinq derniers sportifs à avoir été rattrapés par la patrouille sont : l’haltérophile kirghize Izzat Artykov, premier médaillé exclu, le Moldave Serghei Tarnovschi, en bronze sur 1000m en canoë, une nageuse chinoise, un cycliste brésilien et un lutteur indien. 

Izzat Artykov premier médaillé des Jeux exclu pour dopage
Izzat Artykov premier médaillé des Jeux exclu pour dopage

Insécurité et transports :

Problèmes de sécurité et de transport ont régulièrement fait l'actualité de ces jeux: vols à répétition, y compris dans le centre des médias (MPC) où des dizaines de milliers d'euros de matériel photographique ont été dérobés, ou caillassage d'un bus transportant des journalistes... On mettra à part l'imbroglio autour d'un supposé guet-apens tendu par de faux policiers au nageur américain Ryan Lochte d'abord démenti par le CIO puis confirmé par le Comité olympique américain et enfin mis en doute par la justice brésilienne...

Quant aux transports, malgré la mise en service, la veille des Jeux de la ligne de métro desservant Barra, ils sont souvent dénoncés comme étant longs et chaotiques. Heureusement, on retiendra aussi de ces Jeux Olympiques de grands moments de sport et d'émotion.

Lukas Nicot