Claude Onesta aux Jeux de Rio avec l'équipe de France
Le sélectionneur de l'équipe de France, Claude Onesta | AFP - FRANCK FIFE

Rio 2016 - Claude Onesta: "Ne pas aller en finale serait une vraie souffrance"

Publié le , modifié le

A l'issue de la qualification des handballeurs français pour les demi-finales des Jeux Olympiques aux dépens du Brésil (34-27), Claude Onesta, le sélectionneur, a assumé les ambitions de sa formation. "Ceux qui vous disent qu’on était venus pour gagner les quarts sont des menteurs", a-t-il dit. "Etre en demi-finale, c’est trois médailles pour quatre. Il faut arriver à ne pas être le con qui va repartir sans rien."

La victoire sur le Brésil en quarts de finale

"Le contrat du jour est rempli. Mais ceux qui vous disent qu’on était venus pour gagner les quarts sont des menteurs. Pour aller où on veut aller, il faut en passer par les quarts de finale. C’est souvent un match piège parce que c’est le moment où les cartes se redistribuent. On a affronté une équipe survoltée, avec un public qui l’était tout autant. Il faut être solide, et aujourd’hui on l’a été en laissant passer l’orage. Et notre solidité finit par épuiser l’adversaire qui, petit à petit, finit par lâcher. Maintenant on peut se concentrer sur la suite. Ce qui nous intéresse, c’est les deux prochains matches : d’abord la demi-finale. Mais ne pas aller en finale maintenant serait une vraie souffrance. La meilleure façon de défendre notre titre, c’est d’être ambitieux."

Vidéo: Les Experts dominent le Brésil

La demi-finale contre l'Allemagne

"On n'a pas joué les Allemands depuis très longtemps. On voit au travers de ses résultats que cette équipe a beaucoup de qualités, beaucoup de joueurs de très haut niveau. Ils ont peut-être une forme de fragilité car ils ne sont pas habitués à disputer ces événements là. Sauf qu’une équipe jeune et enthousiaste en réussite, elle est difficile à attraper. Il faudra que dès le départ, on mange leur confiance pour les faire douter et à partir de là, les faire déjouer. Les rencontres passées ? C’est des souvenirs d’anciens combattants. Ceux qui y étaient, il n’en reste plus beaucoup. Se référer à ces matches là, ce serait négliger tous ces jeunes joueurs qui sont arrivés dans leur équipe. C’est une autre histoire."

La possibilité du triplé

"On ne peut pas avoir réalisé ce qu’on a fait jusque-là et se contenter de… On a l’humilité et l’intelligence peut-être de gérer ça étapes par étapes. Il faut rappeler que nous avons dix joueurs qui n’ont jamais disputé les JO. Ils n’ont donc pas cette expérience. Il faut donc qu’on soit en permanence vigilant. Mais être en demi-finale, c’est trois médailles pour quatre. Il faut arriver à ne pas être le con qui va repartir sans rien. Double tenant du titre, le seul objectif légitime, c’est le conserver. On a besoin de récompenses."