Le sprinteur français Christophe Lemaître après son 200m à Rio
Le sprinteur français Christophe Lemaître | AFP - FABRICE COFFRINI

Rio 2016 : Christophe Lemaitre, un bronze pour accompagner la sortie de la légende Usain Bolt

Publié le , modifié le

Christophe Lemaitre, médaillé de bronze sur 200m, a vécu de l’intérieur la dernière course individuelle aux JO de la star Usain Bolt. Un moment forcément particulier qui ferme l’une des pages les plus prestigieuses de l’histoire du sprint.

Au couloir 7, Christophe Lemaitre était cerné entre Churandi Martina, le Néerlandais (au 8) et surtout Usain Bolt (au 6). Une pression, mais aussi un sacré privilège, courir à côté du maître pour ce qui était sa dernière finale olympique individuelle. "Ca m’a tué de courir à côté de lui, annonce-t-il, je vois qu’il me dépasse très vite dans le virage, à ce moment-là, je me dis que ça pue". Avalé par la locomotive jamaïcaine, Lemaitre n'a craqué pas et s'est accroché à la fusée. Il est resté dans le sillage du désormais octuple champion olympique et a collé au train de Churandi Martina. Sa science du "cassage", "un peu tôt" d'après lui (il a "cassé" trois mètres avant la ligne, ndlr), a fait le reste. 

Lire aussi : Double samba pour Bolt, Lemaître en argent

Il décroche sa première médaille olympique et sera sur le dernier podium de la star des stars ce vendredi. Un moment particulier. Ils auront sûrement l’occasion d’échanger quelques mots, chose qu’ils n’ont pas faite après la course. "Il était déjà parti faire son tour d’honneur depuis un moment, il va tellement vite qu’il l’avait déjà fait, on n’a pas eu le temps de se voir", rigole-t-il.

Retour de l’incertitude

Depuis son éclosion au plus haut niveau mondial, Christophe Lemaitre a été un des témoins réguliers de la domination de la "Foudre". L’écart était trop grand pour qu’il y ait une sérieuse rivalité entre les deux, mais son départ annoncé va "ouvrir des possibilités pour tout le monde", assure le Français. "Le gars écrase la discipline donc s’il s’en va, il y aura des places à prendre". C’est simple en grand championnat (JO+Mondiaux) Usain Bolt a gagné toutes les courses sur laquelle il s’était engagé (100, 200, 4x100m) depuis les JO de Londres en 2008, sauf à Daegu (2011) en raison d’un faux-départ sur le 100m. Sa retraite va remettre un peu de glorieuse incertitude dans un sprint mondial cannibalisé par le roi Usain. Le vide qu'il va laisser est immense, autant que son palmarès. "Il y aura un après-Bolt, c’est certain. Les gens vont devoir se préparer à ne plus le voir", concède le Français.

Qui sera le nouveau roi ?

A force de côtoyer la légende, est-ce qu’on en devient pas spectateur ? Christophe Lemaitre n’ira pas jusqu’à l’idolâtrie, mais il est impossible pour lui de nier l'aura de Bolt, sa carrière "monstrueuse". "Il a sa place au panthéon du sprint pour des siècles et des siècles, pour l’éternité, même au-delà si c’est possible". L’élève de Pierre Carraz était heureux d’avoir vécu ce moment. Il est aussi curieux du futur. Qui sera le prochain roi du sprint? "Ça va être intéressant de voir qui sera le prochain maître, les jeunes vont devoir tirer leur épingle du jeu", s’enthousiasme-t-il. Peut-être pas aux Mondiaux de 2017, prévus à Londres, où Bolt pourrait encore s'aligner, mais aux JO de Tokyo en 2020, le nom du vainqueur du 100 et du 200m sera forcément différent. "Ça fera bizarre de voir un autre nom que le sien sur la plus haute marche du podium", avoue-t-il. On sentirait presque des regrets dans la voix du sprinteur tricolore, conscient que, plus qu’une page qui se tourne, c’est un livre, magnifique, qui se termine cette semaine à Rio.

Benoit Jourdain @BenJourd1