Rio 2016 : Biles en tête évidemment !

Rio 2016 : Biles en tête évidemment !

Publié le , modifié le

Simone Biles, saga olympique, épisode 2: l'Américaine a confirmé qu'elle était la meilleure gymnaste de la planète, et de loin, en décrochant l'or du concours général jeudi aux JO-2016, en route vers un inédit quintuplé.

Quintuplé, car après le concours par équipes remporté mardi avec les Etats-Unis, la Texane de 19 ans disputera les finales du saut dimanche, de la poutre lundi et du sol mardi - où elle a été la meilleure ce jeudi. Seul le métal des barres asymétriques ne pourra tomber sous sa dent vorace. Si elle remportait un record de cinq titres, elle torpillerait les quadruplés réalisés en un tournoi olympique par la Soviétique Larissa Latynina (1956), la Tchécoslovaque Vera Caslavska (1968) et la Roumaine Ecaterina Szabo (1984). Il sera alors temps de convoquer la figure tutélaire de la légende Nadia Comaneci, d'ailleurs présente dans l'Arène olympique de Rio. Mais déjà, le tournoi qui consacre la meilleure athlète de la discipline. Et à ce jeu-là, de toute façon, c'est simple: à chaque fois que Biles participe à un concours général international, elle le gagne. Trop jeune pour les JO-2012, elle s'est depuis imposée aux Mondiaux 2013, 2014 et 2015, en y égalant le record de la Russe Svetlana Korkhina (sacrée en 1997, 2001 et 2003), et prenant au passage celui de titres mondiaux (10). Jeudi, Biles a devancé sa compatriote Aly Raisman, qui décrochait ainsi sa cinquième médaille olympique, et s'était qualifiée en finale au détriment de leur coéquipière Gabrielle Douglas, qui était la tenante du titre. La Russe Aliya Mustafina prenait le bronze, sa sixième médaille olympique.

Copines américaines

A l'issue de ces qualifications, Raisman s'était fait une raison, avait admis l'évidence: "C'est ça, la gymnastique: un jour, c'est l'une la meilleure, mise à part Simone, le lendemain c'est une autre. Simone, c'est toujours la meilleure". Mais avant l'ultime agrès, la Russe Aliya Mustafina s'interposait entre elles sur le podium, après un passage polémique sur la poutre où les trois ont fait appel de leurs notes jugées trop sévères, en vain.
Les deux copines américaines ont alors regardé l'écran géant, jaugé l'écart infime (0,067 point) entre Mustafina et Raisman, et semblé s'accorder sur un point: au sol, "Aly" repasserait devant leur concurrente. Et au sol, la Russe a été sanctionnée d'une note faiblarde (13,933). Raisman, tenante du titre olympique dans cet agrès, a livré une routine bien meilleure que sa rivale. Sur la piste, avant même de connaître sa note, elle fondait en larmes, sur la piste, une médaille d'argent déjà gravée dans le coeur. Ce que son 15,433 allait confirmer. Mustafina était auparavant passée devant Biles elle-même, à l'issue de la deuxième rotation et du passage aux barres parallèles: cet agrès est le point fort de la Russe, championne olympique en titre, et le point faible de l'Américaine. Mais Biles a fini par mettre les choses au clair, avec un coup de grâce au sol, marqué par le mouvement qui porte son nom, un des plus difficiles: un double salto arrière tendu avec demi-vrille et retombée à l'aveuglette. Elle finit avec deux points d'avance sur sa dauphine et près de quatre sur Mustafina, un gouffre à ce niveau. Les deux copines américaines s'enlaçaient chaleureusement, et les larmes s'écouler sur le maquillage rutilant. Chez les Françaises, Marine Brevet a fini 15e et 21e, c'est-à-dire des classements proches de ceux des qualifications. Une finale olympique, c'était déjà quelque chose.

VIDEO : Biles reine de la gym

AFP